Un portrait exceptionnel de Mazarin par Simon Vouet entre dans les collections du Louvre par préemption

Le Louvre a acquis par préemption un dessin exceptionnel de Simon Vouet, portrait du cardinal Mazarin au pastel, mis en vente chez Christie's.

Simon Vouet, \"Portrait de Mazarin\", détail, pierre noire et pastel, Musée du Louvre, département des arts graphiques
Simon Vouet, "Portrait de Mazarin", détail, pierre noire et pastel, Musée du Louvre, département des arts graphiques (© CHRISTIE’S IMAGES LIMITED 2020)

Le Louvre a annoncé jeudi 11 juin l'acquisition par préemption d'un exceptionnel portrait du cardinal Mazarin par Simon Vouet (1590-1649) exécuté à la pierre noire et au pastel.

Le Portrait de Mazarin a été préempté pour son département des arts graphiques à Paris chez Christie's le 27 mai, annonce le musée du Louvre. Il est daté entre 1642 et 1649, entre le moment où Mazarin est fait cardinal par le pape en 1641, puis nommé principal ministre par le roi Louis XIII après la mort de Richelieu en décembre 1642, et la mort de Simon Vouet.

Simon Vouet, \"Portrait de Mazarin\", pierre noire et pastel, Musée du Louvre, département des arts graphiques
Simon Vouet, "Portrait de Mazarin", pierre noire et pastel, Musée du Louvre, département des arts graphiques (© CHRISTIE’S IMAGES LIMITED 2020)

Une des "meilleures feuilles de l'artiste"

Le portrait préempté est dessiné à la pierre noire et au pastel sur papier beige. Il fait partie des "meilleurs feuilles de l'artiste" et "se caractérise par son réalisme, son riche chromatisme, et livre une image pleine d'intelligence du célèbre ministre", commente le Louvre. "Ni Philippe de Champaigne, ni Nicolas Mignard, ni Louis Lerambert, autres artistes appelés à portraiturer Mazarin, ne parvinrent à une telle psychologie. La feuille de Vouet est avec l'estampe de Robert Nanteuil sans doute l'image la plus fidèle à la réalité."

Le Portrait de Mazarin serait resté dans l'atelier de Simon Vouet, avant d'appartenir à Camille de Tournon (1778-1833), comte de Simiane, pair de France. Il est resté dans la descendance de celui-ci. Il rejoint au Louvre cinq autres portraits dessinés par Vouet, précise le musée.

Né à Paris en 1590, Simon Vouet a été initié par son père à la peinture. Il voyage en Angleterre et à Constantinople avant de séjourner quinze ans en Italie, entre Florence, Gênes et Rome, à partir de 1612. Il travaille pour l'église et pour des commanditaires privés, notamment pour le cardinal Barberini, futur pape Urbain VIII, et connaît un grand succès (il est nommé à la tête de l'Accademia di San Luca en 1624). Il devient un des meilleurs représentants du baroque romain qu'il importe en France à son retour, en 1627.

Premier peintre et professeur de dessin du roi

Louis XIII le nomme premier peintre du roi et il réalise de nombreuses commandes sacrées et profanes, des tapisseries, des portraits, des chantiers de décoration de châteaux. Pour les honorer, il crée un important atelier.

Simon Vouet dessine aussi des portraits intimistes des membres de la cour et de ses familiers. "Certains furent exécutés en présence du souverain qui fut frappé par la ressemblance et la vie qui se dégageaient des feuilles rehaussées de pastel", note le Louvre, citant le témoignage du théoricien de l'art et historiographe du roi André Félibien selon lequel le roi avait demandé à l'artiste de lui enseigner l'art du portrait. Plusieurs portraits exécutés par Louis XIII ont d'ailleurs été conservés, dont un dessin rehaussé de pastel représentant le duc de Tresmes qui figure dans les collections du Louvre et "fait montre d'une certaine psychologie", remarque le musée.