Arts : le musée du Louvre expose des chefs-d'œuvre ukrainiens qui ont échappé à la guerre

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Arts : le musée du Louvre expose des chefs-d'œuvre ukrainiens qui ont échappé à la guerre -
Arts : le musée du Louvre expose des chefs-d'œuvre ukrainiens qui ont échappé à la guerre Arts : le musée du Louvre expose des chefs-d'œuvre ukrainiens qui ont échappé à la guerre - (France 3)
Article rédigé par France 3 - A. Jacquet, Y. Moine, B. Garguy-Chartier, L. Sabas
France Télévisions
Le Louvre est un des musées refuge pour des œuvres d’art menacées par la guerre en Ukraine. Plusieurs tableaux très rares, notamment des icônes byzantines sont exposées depuis ce mercredi 14 juin à Paris. Ils ont été sortis du musée de Kiev dans le plus grand secret.

Ce sont des chefs-d’œuvres de l’art byzantin qui sont visibles depuis mercredi 14 juin au musée du Louvre à Paris. "Il y en a très peu qui sont conservées [des icônes byzantines], c’est un véritable trésor culturel, pas seulement de l’Ukraine, mais aussi de l’ensemble de l’humanité", précise Maximilien Durand, directeur du département des Arts de Byzance au Louvre. Les œuvres sont très rares et d’une valeur inestimable. "C’est magnifique, et extraordinaire", s’émeut une visiteuse.  

16 œuvres exfiltrées 

Depuis le début de la guerre, l’Ukraine subit des bombardements presque quotidiens, un danger permanent pour le patrimoine du pays. En octobre dernier, un missile russe s’abat à quelques mètres du musée Khanenko à Kiev. Depuis, les œuvres d’art ont été déplacées. La décision est prise de leur faire quitter le pays. Commence alors un périple de plusieurs jours sous escorte de l’armée, sans aucune caméra. C'est un soulagement pour les conservateurs ukrainiens. "En Ukraine, rien n’est assez protégé. On ne sait jamais d’où va venir la prochaine attaque", explique Olga Apenko-Kurovets, conservatrice au musée Khanenko. 16 œuvres ont été exfiltrées, et seront conservées aussi longtemps que nécessaire. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.