Le musée irakien de Bassora reçoit 2.000 antiquités sumériennes et babyloniennes

Plus de 2.000 pièces archéologiques sumériennes et babyloniennes ont été dévoilées mardi 19 mars dans le musée de Bassora, ville pétrolière au sud de l'Irak. Une centaine de ces œuvres ont été retrouvées à l'étranger après des pillages

La nouvelle galerie sumérienne du musée de Bassora, en Irak.
La nouvelle galerie sumérienne du musée de Bassora, en Irak. (Hussein FALEH / AFP)
Si le pays tire la majorité de ses pétrodollars de cette province côtière, ses habitants disent ne pas en voir la couleur : les infrastructures y sont absentes ou déliquescentes et la culture et le patrimoine à l'abandon. Mardi 19 mars, toutefois, "entre 2.000 et 2.500 pièces" ont été dévoilées dans de nouvelles salles du musée de Bassora, le deuxième d'Irak, indique à l'AFP Qahtan al-Obeid, en charge de l'archéologie et du patrimoine dans la province de Bassora.

Des antiquités datant de 6.000 à 1.500 après JC

Des époques sumérienne, babylonienne ou assyrienne notamment, "elles datent d'époques allant de 6.000 ans avant Jésus-Christ à 1.500 après JC", précise-t-il. Parmi elles, "une centaine de pièces" ont été ramenées en Irak, notamment de Jordanie et des Etats-Unis, ajoute cet universitaire et spécialiste reconnu en Irak, devant l'imposant bâtiment, un ancien palais du dictateur déchu Saddam Hussein.
Des visiteurs de la galerie sumérienne du musée de Bassora, en Irak. 
Des visiteurs de la galerie sumérienne du musée de Bassora, en Irak.  (Hussein FALEH / AFP)

Le patrimoine irakien ravagé par la guerre

Le patrimoine en Irak, ancienne Mésopotamie, a payé un lourd tribut aux guerres à répétition qui ont déchiré le pays depuis près de quatre décennies. Après les pillages des musées lors de l'invasion emmenée par les Américains qui a renversé Saddam Hussein en 2003, les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont méthodiquement ravagé à coup de masse et au marteau-piqueur des statues antiques et des trésors pré-islamiques. Durant leur occupation de près d'un tiers de l'Irak, de 2014 à 2017, ils ont détruit différents sites et musées, faisant disparaître des pans de patrimoine plusieurs fois millénaires.
 
Mais des experts estiment que l'EI n'a détruit que des pièces volumineuses, se gardant les autres plus petites pour les vendre en contrebande. Mi-2015, les Etats-Unis ont ainsi remis à l'Irak des centaines de pièces d'antiquité découvertes par leurs forces spéciales dans un raid en Syrie lors duquel un haut responsable de l'EI avait été tué.