Hommage à Jacques Chirac : le Quai Branly salue le "connaisseur érudit" des arts premiers

Le Louvre a également rendu hommage à l'ancien président disparu cette nuit. 

Jacques Chirac avec le secrétaire général de l\'ONU, Kofi Annan, lors de l\'inauguration du musée du Quai Branly, le 20 juin 2006
Jacques Chirac avec le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, lors de l'inauguration du musée du Quai Branly, le 20 juin 2006 (FRANCOIS MORI / POOL)

Le musée du Quai Branly-Jacques Chirac a salué jeudi la mémoire de l'ancien chef de l'Etat, disparu dnas la nuit du 25 au 26 septembre, à l'origine de la création de l'institution, voyant en lui un homme "pudique" qui s'est révélé "un connaisseur érudit des arts et civilisations non occidentales".

Le Musée du Quai Branly rend hommage au "geste de politique internationale" qu'aura représenté son inauguration. C'est en reconnaissance de l'action de Jacques Chirac pour que ce musée voie le jour qu'un décret gouvernemental avait ajouté en 2016 son nom à celui du Quai Branly.

"Un connaisseur érudit des arts et civilisations non occidentales"

"En homme pudique qu'il était, Jacques Chirac ne s'est jamais prévalu de ses goûts en matière de culture comme faire-valoir de sa personnalité", a déclaré Stéphane Martin, président du musée. "Pour autant, et tout en cultivant une forme d'anticonformisme par rapport à son époque, il s'est révélé au fil du temps un connaisseur érudit des arts et civilisations non occidentales".

Le musée estime que Jacques Chirac a mis à la disposition du public un "outil" afin de "nourrir le dialogue sur de grandes questions : l'histoire de la mondialisation et les enjeux de préservation de la diversité de la planète".

L'hommage du Louvre

Le Louvre a également rendu hommage à Jacques Chirac qui "s'est attaché à conforter la vocation universelle du musée par toutes ses actions".

Il a cité le soutien à la Pyramide quand il était maire de Paris, l'inauguration des nouvelles salles des Antiquités égyptiennes, perses ou grecques, celle d'un département dédié aux arts de l'Islam, l'implantation du musée du Louvre à Lens, le lancement du projet du Louvre Abu Dhabi.

L'ancien ministre Xavier Darcos, chancelier de l'Institut de France, a observé pour sa part que "si au premier abord, on retenait l'énergie, la vaillance, l'appétit, les grandes enjambées, le contact facile et généreux" de l'ancien chef de l'Etat, Jacques Chirac incarnait aussi "la nuance, la résistance aux goûts communs, le mépris de l'esprit de chapelle, le respect infini des différences, la fascination pour les arts étrangers et les civilisations lointaines".