Une chaise conçue par l'intelligence artificielle : "Ce n'est que le début" affirme le designer Philippe Starck

Elle s’appelle A.I - de l'anglais "artificial intelligence" – et c’est une chaise. L’une des toutes premières nées, non pas de la réflexion d’un être humain, mais de la réflexion d’une machine. A l’origine de cette innovation ? Un designer en chair et en os : la star Philippe Starck.

La chaise AI, élaborée par une entreprise américaine spécialisée dans l\'intelligence artificielle
La chaise AI, élaborée par une entreprise américaine spécialisée dans l'intelligence artificielle (AUTODESK)

L'histoire commence en 2017 par une petite question prononcée par Philippe Starck dictée à l'oreille d'une machine : "Peux-tu m'aider à reposer mon corps avec le minimum d'énergie et le minimum de matière ? Par cette phrase, le designer vient de déclencher un travail surhumain, même pour les logiciels d'Autodesk, une entreprise américaine spécialisée dans l'intelligence artificielle

"La machine a ramé pendant deux ans et demi, elle n'y arrivait pas", explique aujourd’hui Philippe Starck indiquant que "c'était extrêmement décourageant. Selon le créateur français, il existe d’ailleurs "un film merveilleux où l'on voit ce cerveau qui essaye, qui se trompe, qui revient en arrière. Et au final, la machine l'a fait", se réjouit le designer : "La chaise la plus légère et avec le moins de matière."

C'est très émouvant parce qu'on a l'impression de voir un enfant qui apprendPhilippe Starckà franceinfo

Philippe Starck estime que cette innovation "ouvre un territoire infini" puisque, selon lui, "tous les problèmes écologiques, économiques, industrielles exigent de nous une refonte totale de pensée. On ne peut pas continuer à faire des petits ‘zigouigouis’ amusants qui consomment de l'énergie et de la matière" affirme-t-il indiquant qu'"évidemment, cette chaise, ce n’est que le début : Il faut beaucoup plus d'intelligence que nous avons", conclut-il.

Cette chaise "ouvre un territoire infini" 

Cette chaise pensée par une machine signe-t-elle la fin du design et des designers ? Pour Franck Millot, l'organisateur de la Paris Design Week qui permet de familiariser le grand public à cette discipline, l'intelligence artificielle, c'est plutôt un outil supplémentaire. "Cela fait un peu peur, admet-il tout en posant la question qui fâche : "Est-ce-que les robots vont avoir notre peau ?" Sa réponse : "Moi, je pense que c'est un faux débat. À chaque fois qu'un nouvel outil est inventé on se dit 'oh la la, cet outil va réduire l'humanité à presque rien'. A mon avis ce n'est pas le sujet parce que la machine, elle, n'est pas vraiment créative", juge le spécialiste.

L'intelligence humaine reste essentielle

Pour Franck Millot, "la machine traite l'information et en sort quelque chose qu'est la moyenne de tout ce qu'on a mis dedans", explique-t-il prenant l’exemple de la musique parfois "composée par l'intelligence artificielle. Et ce n'est pas du Mozart, ce n’est pas terrible", poursuit Franck Millot affirmant que "ce qui manque, c'est la dimension humaine : l'accumulation de tas de souvenirs, d'impressions que le cerveau a stocké. Cette émotion-là, ce n’est pas demain la veille que la machine va la donner". Réponse à venir avec les clients de Kartell : le fabricant italien de meubles met sur le marché A.I dès maintenant comme n'importe quelle chaise, aux alentours de 200 euros.

L'intelligence artificielle dans le design - Reportage de Sophie Auvigne
--'--
--'--