Cet article date de plus de trois ans.

De Magritte à Hinteregger, le stylo BIC source d’inspiration pour les artistes au Centquatre-Paris

C’est un objet universel né il y a 70 ans. Un simple objet qui se vend à 17 millions d’exemplaires chaque jour dans le monde. Adopté comme outil de création par de nombreux artistes, le stylo BIC a été pour beaucoup d’entre eux aussi une source d’inspiration. Le 104 à Paris propose jusqu'au 27 mai de découvrir 150 œuvres de la Collection BIC réalisées par 80 artistes du monde entier.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Fresque géante de l'Autrichien Herbert Hinteregger, composée de 15.000 stylos BIC Crystal, exposée au 104 à Paris.
 (Culturebox - capture d'écran)
Ils en apprécient la qualité, la précision et la facilité d’usage. De nombreux artistes, y compris les plus illustres, ont un jour utilisé le célèbre stylo à bille inventé par le baron Marcel Bich, pour réaliser des esquisses, et pour certains même, des œuvres majeures.

La collection Bic possède quelques pièces magnifiques de précision, et des portraits signés Magritte, Giacometti ou César. Une collection riche également d’œuvres d’art contemporain qui détournent le stylo de sa fonction première, pour en faire des créations parfois étonnantes. Comme la fresque géante de l’autrichien Herbert Hinteregger, longue de 7 mètres et constituée de 15.000 stylos Crystal vidés de leur encre. Une encre utilisée ensuite par l’artiste pour réaliser des peintures également exposées au 104.

Reportage : N. Bappel / V. Delahautemaison / L. Kulimoetoke   

Hommage au baron Bich

La collection est né à l’initiative de Bruno Bich, fils du fondateur et PDG du groupe jusqu’en février dernier. En 1998, une exposition en hommage à son père est organisée au Val d’Aoste, région dont il était natif. Pour l’occasion des artistes vont créer des œuvres à partir du stylo bien sûr, mais aussi des autres produits phares de la marque, briquets et rasoirs jetables.

A travers 150 œuvres, de 80 artistes internationaux, la collection permet selon Bruno Bich de mesurer à quel point les produits de la marque ont séduit les artistes et continuent de le faire, tant comme outil de création que comme source d’inspiration. C’est la première fois que ces œuvres sont exposées au public. A ne pas manquer, l’impressionnante robe du couturier Oscar Carvallo, sculpture de 240 kilos réalisée avec 8500 briquets.

 (Culturebox - capture d'écran)
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Arts-Expos

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.