Cet article date de plus d'un an.

Pendant l'empaquetage de l'Arc de Triomphe, le monument continue d'accueillir les visiteurs

Le chantier de l'empaquetage de l'Arc de Triomphe, projet imaginé par l'artiste bulgare Christo décédé en 2020, a débuté fin juin. Entre-temps, les visites continuent et la flamme du soldat inconnu est ravivée chaque soir.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Chantier de l'empaquetage de l'Arc de Triomphe, le 30 juin 2021, Paris (LUDOVIC MARIN / AFP)

Deux grues rouges déployées jusqu'au sommet, les groupes sculptés protégés sous des treillages, des dizaines de techniciens affairés, mais aussi des visiteurs en nombre : pendant les préparatifs de son empaquetage, œuvre posthume de Christo, l'Arc de Triomphe reste ouvert et la flamme ravivée chaque soir sur la tombe du Soldat inconnu.

Du 18 septembre au 3 octobre 2021, le rêve de jeunesse de l'artiste plasticien bulgare décédé en mai 2020 et de son épouse Jeanne-Claude, sera réalisé : haut-lieu des commémorations françaises, l'Arc de Triomphe, haut de 50 mètres, sera intégralement recouvert de 25 000 m2 de tissu recyclable en polypropylène argent bleuté, ondoyant au gré des éléments, maintenu par 3000 mètres de corde rouge. En 1985, Christo avait déjà empaqueté ainsi le Pont-Neuf, l'un des ponts enjambant la Seine.

Le monument ressemblera à "un objet vivant"

Démarrés fin juin, les préparatifs visant à empaqueter le célèbre monument se poursuivent à un rythme soutenu sous la houlette de Vladimir Javacheff, neveu de Christo, conformément aux vœux très précis de son oncle, avec le soutien enthousiaste du Centre des monuments nationaux. "Ce sera comme un objet vivant qui va s'animer dans le vent et refléter la lumière. Les plis vont bouger, la surface du monument devenir sensuelle", expliquait Christo en présentant son ultime projet, deux ans avant sa mort.

Dès 1962, Christo et Jeanne-Claude avaient signé un photomontage avec l'Arc de Triomphe empaqueté, une idée qui avait surgi en regardant le monument depuis leur premier appartement parisien, avenue Foch.

Le paquet-cadeau comme symbole de l'enfance

Pour le moment, le "paquet-cadeau" n'est pas visible. La toile sera déployée dans les tout premiers jours de septembre. Les trois équipes qui se relaient 24h sur 24, dont des membres des Charpentiers de Paris, s'emploient à installer les points de fixation de la toile, sans aucune atteinte au monument, grâce à des patins de bois.

D'un coût de 14 millions d'euros, le projet est entièrement autofinancé, sans subvention publique, grâce à la vente d'œuvres originales de Christo, dessins préparatoires, souvenirs, maquettes et lithographies. "Vous voyez le câble qui est en train d'être installé : il tire la toile vers l'arrière et les cordes sur le dessus pour la retenir comme une ceinture", confie le neveu de l'artiste. "C'était le souhait de Christo que nous terminions le projet."

"Quand ça sera terminé, vous penserez juste que nous avons déposé un tissu sur le sommet et mis quelques cordes, et que l'ensemble a été attaché comme un cadeau de Noël !", explique Vladimir Javacheff. "Christo et Jeanne-Claude diraient que nous avons de l'amour et de la tendresse pour l'enfance, car elle ne dure pas. Quand on sait qu'une chose n'est là que pour une très courte période, on la traite d'une manière différente."

"L'élégance et l'humilité d'être éphémère"

Pour Bruno Cordeau, administrateur de l'Arc de Triomphe, "accompagner la mise en place d'une œuvre comme ça, dans les circonstances qui sont celles d'aujourd'hui, c'est magique !". "L'empaquetage du Pont-Neuf a été un moment hors du temps. C'est ce qu'on s'apprête à vivre une nouvelle fois ici. Nous veillons à ce que l'Arc de Triomphe soit protégé comme il faut, d'autant que le monument reste ouvert au public", ajoute-t-il.

"L'Arc de Triomphe n'est pas un monument comme les autres. C'est celui de la concorde nationale. C'est aussi un lieu de culture. L'œuvre de Christo a l'élégance et l'humilité d'être éphémère. Au bout de quinze jours, elle disparaîtra", souligne l'administrateur de l'Arc qui a associé au projet le Comité de la Flamme et les anciens combattants.

Au-delà des conséquences de la pandémie, le projet a été retardé aussi par la nidification printanière des faucons crécerelles, pensionnaires de l'Arc de longue date.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Art contemporain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.