Les Subsistances de Lyon fêtent 20 ans de création contemporaine

Installées sur les quais de Saône dans un ancien lieu de l'armée, Les Subsistances de Lyon ("les Subs") version moderne ont fêté leurs 20 ans d'existence avec le public et des spectacles. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les Subsistances de Lyon : 20 ans au service de la création contemporaine (PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP)

Aller aux Subsistances de Lyon, c'est depuis 20 ans oser franchir les frontières artistiques. Situé dans le très beau site historique des bords de Saône, le lieu a d'abord servi de couvent puis de caserne militaire. Il est depuis 2001 entièrement dédié à la création contemporaine. L'occasion pour les locataires du lieu de fêter vingt ans d'existence et célébrer le passage à la nouvelle année. Concerts, food-truck, performances artistiques et spectacles gratuits ont animé toute la nuit du 31 décembre. 

FTR

Un fabuleux laboratoire de création

Installées sur un site patrimonial d’exception partagé avec l’Ecole nationale des beaux-arts de Lyon, les Subs, comme on dit à Lyon, s'inscrivent depuis 20 ans comme un laboratoire de création ouvert à tous les artistes contemporains. Théâtre, danse, musique, cirque, arts visuels et numériques, la programmation n'hésite pas à bousculer les codes conventionnels et offrir des aventures esthétiques aux spectateurs avides de sensations hors du commun.

Les habitués se souviennent avec émotion de leurs premiers pas aux Subs. "Je suis contente d'avoir pu vivre plein de beaux moments avec eux parce que c'est un fabuleux laboratoire de création", rapporte une fidèle spectatrice. "C'est un lieu magique dans un chouette bâtiment, c'est sympa", s'enthousiasme un visiteur. 

Lieu de passage des arts

Ouvertes sur la ville et sur le monde, les Subs favorisent à la fois la révélation de talents régionaux et la consécration de figures internationales. Tout au long de l'année les artistes sont accueillis en résidence dans les lieux et présentent leur travail dans des conditions optimales. Hébergés au sein même du site, ils bénéficient de trois plateaux de répétition et de moyens techniques, matériels et humains pour mener à bien leurs projets. "Notre force, c'est cette capacité de se réinventer en fonction de ce que propose les artistes, d'être toujours mobile, agile et réactif", assure Stéphane Malfettes, directeur des Subsistances. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Les SUBS (@les_subs_lyon)

Les Subs en 4 époques 

Dès l’antiquité gallo-romaine, la zone artisanale sert aux potiers, verriers et bronziers de la région. En 1640, le couvent Sainte-Marie-des-Chaînes est construit pour l’ordre de la Visitation, fondé par Saint-François de Sales. La première messe est célébrée le 29 septembre par une dizaine de sœurs. Le lieu conserve un rôle religieux jusqu'à la Révolution française.

Au XIXe siècle, les Subsistances deviennent militaires lorsqu'en 1807, le couvent est mis à la disposition du ministère de la Guerre. Doté de trois moulins à grains, le site vient au secours de la capitale des Gaules lors de la Première Guerre mondiale. En 1914, jusqu’à 18 fours produisent du pain.

En 1991, l’armée quitte les lieux. Et dès 1998, la ville de Lyon consacre le site à l’activité artistique et culturelle.

Aujourd'hui encore, les espaces de représentation ont conservé l'âme et l'histoire du lieu. C'est sous la Verrière, à la Boulangerie ou dans le Hangar que les spectacles et événements se tiennent tout au long de l'année.

L'agenda 2022 est déjà bien rempli avec entre autres la performance d’Isabelle Chladek, la chorégraphie d'Olivia Grandville ou le spectacle de cirque Garcimore est mort, par le performeur Gaël Santisteva.

Et pour ceux qui souhaitent découvrir tous les secrets des Subs, une visite historique est prévue le 22 janvier. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Art contemporain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.