L’artiste Guillaume Bottazzi illumine les halls d’immeuble franciliens avec ses créations

L’artiste visuel français a créé plusieurs œuvres qui ont été installées dans des résidences d’Ile-de-France.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Guillaume Bottazzi devant l'une de ses créations installée dans une résidence de Bobigny (Seine-saint-Denis) (France Télévisions)

Il investit les résidences pour apporter du bien-être aux habitants. Guillaume Bottazzi a récemment accroché ses émaux dans de nombreux immeubles de Seine-Saint-Denis.

Guillaume Bottazzi investit les immeubles

Ce jour-là, Guillaume Bottazzi installe un de ses tableaux dans un immeuble de Bobigny. Il supervise l’accrochage comme il le ferait pour une grande exposition. Artiste de renommée  internationale, Guillaume Bottazzi a présenté ses œuvres dans le monde entier avec une prédilection pour l’espace public. A Bobigny, c’est une résidence neuve qui accueille l’une de ses créations. "J’ai voulu amener une bulle d’air. Le blanc fait référence à la paix. C’est doux. J’apporte du bien-être et je souhaite que les habitants, à chaque fois qu’ils passent devant l’œuvre, ça leur fasse du bien", explique l’artiste.

Un polyptyque dans une résidence étudiante 

A la résidence universitaire Georges Méliès de Montreuil, c’est un polyptyque de l’artiste qui trône dans le hall d’entrée. Installée en mars dernier, l’œuvre de plus de 2 mètres de haut réalisée en émail fait le bonheur des résidents. "C’est comme si l’artiste nous disait à travers les tableaux : après chaque détresse, il y a une lumière qui va illuminer votre vie" raconte une étudiante. Pour d’autres, c’est une invitation au voyage. "En une seconde, on est téléporté ailleurs" confie une jeune femme.  

A Vaujours, Guillaume Bottazzi fait également, chaque jour, voyager les habitants d’un immeuble jusqu’au Japon. Bagnolet est la prochaine ville sur la liste de l’artiste.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Art contemporain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.