Art contemporain : quelle cote pour l’art aborigène ?

La FIAC (Foire Internationale d’Art Contemporain) qui s’est déroulée fin octobre à Paris est l’un des baromètres mondiaux les plus fiables de l’art contemporain. Mais sur ce marché mondial, quelle est la cote de l’art aborigène contemporain ? Un art auquel on est peut-être plus sensible à Paris qu’ailleurs avec la présence quai Branly du musée des Arts Premiers.

(France 3 / Culturebox)
Reportage: Christian Tortel, Denis Rousseau-Kaplan, Gilles Mazaniello et Thomas Chudeau
A la FIAC une Ferrari accidentée a atteint 180.000€. Cher mais pas un record sur un marché où les chèques à six chiffres sont "monnaie" courante…
Non loin de là, se tenait aussi le marché plus spécialisé de l’art contemporain aborigène. Si l’on pouvait y acquérir une oeuvre pour 20 ou 25.000 euros, on pouvait aussi s’offrir un tableau australien pour 1.600 euros.
(France 3 / Culturebox)
D’où vient cette différence de prix entre des œuvres dont certaines sont dignes du « grand » marché ? Peut-être cette forme d’art est-elle encore trop souvent associée à l’image d’un art tribal plus qu’à une démarche artistique résolument contemporaine.
(France 3 / Culturebox)