Et si vous passiez une nuit avec Marilyn Monroe au Platine Hôtel ?

Marilyn Monroe aimait s'enfermer chez elle, à l'abri, des regards. L'architecte d'intérieur Vincent Bastie a identifié les éléments qui lui étaient chers et a créé quatre univers de chambres (doré, Hollywood, rose, rouge). Soit 46 chambres réalisées autour de cette pin-up blonde avec aux murs des clichés pris par André de Dienes et Georges Barris. Pierre-Marton Roux, Directeur associé de la Compagnie Hôtelière de Bagatelle, souhait rendre hommage au cinéma, aux années 50 et à cette actrice.
 

L'actrice pulpeuse vous accueille dès le hall d'entrée... il suffit, ensuite, de la suivre. L'atmosphère fifties est au rendez-vous dans la salle du petit déjeuner, inspiration "Diner", avec son sol à damiers et ses couleurs pastels ainsi que dans la salle de séminaire, elle aussi aux couleurs US. Dans l'ascenseur, des films passent en boucle et dans le SPA, au sous-sol, vous pouvez même prolonger l'expérience en testant le soin "Diamants éternels". Si ici l'atmosphère est chaleureuse, l'extérieur de l'hôtel laisse encore rêveur. Le centre Beaugrennelle a été rasé et le quartier est actuellement en travaux.

Platine Hötel
. 20, rue de l'ingénieur Robert Keller. 75015 Paris. Tel: 01.45.71.15.15. A partir de 149 euros la nuit.

19
Un portrait grand format de Marylin Monroe vous accueille dès le hall de réception de l'hôtel...Corinne Jeammet
29
Une des chambres Marylin Monroe du Platine HôtelCorinne Jeammet
39
Une des chambres Marylin Monroe au Platine HôtelCorinne Jeammet
49
Dans cette chambre, le lit est tout rond !Corinne Jeammet
59
Une des chambres Marylin Monroe au Platine HötelCorinne Jeammet
69
Cette salle incarne l'Amérique des années 50 en ressemblant à un "diner" avec sol en damier, bleu et rose pastelCorinne Jeammet
79
Projecteurs de cinéma dès l'entrée et fauteuils de metteurs en scène dans la salle du petit déjeunerCorinne Jeammet
89
De la moquette, des appliques murales et un mobilier vintage, il se dégage une atmosphère fiftiesCorinne Jeammet
99
Au bar, près de l'entréeCorinne Jeammet