Cet article date de plus d'un an.

Construction de maisons : la technique 3D révolutionne nos habitations

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Construction de maisons : la technique 3D révolutionne nos habitations
FRANCE 2
Article rédigé par
C. Wormser, M. Beaudouin, P. Lacotte - France 2
France Télévisions

Face à l'augmentation des prix de l'énergie, les propriétaires d'appartements ou de maisons sont de plus en plus préoccupés par l'isolation de leurs logements. De nombreux architectes adoptent une nouvelle solution : un robot qui travaille avec des plans en trois dimensions. Et sans pour autant alourdir la facture. 

Dans un quartier en pleine construction, se cache un chantier révolutionnaire. Ni parpaing, ni grue ne sont nécessaires pour construire une maison de 130 mètres carré. C'est un robot intelligent qui dépose couche par couche, grâce à l'impression 3D, une mousse isolante faite à partir de bouteilles plastiques recyclées. "C'est une mousse ultra-légère qui s'expanse de 40 fois son volume très rapidement et, en 12 secondes, elle a durci, et on peut monter strate par strate le mur ", explique Fanny Buens, directrice technique Bâtiprint. Cela permet d'obtenir une maison mieux isolée, aussi solide qu'une construction en briques, et pas plus chère malgré les innovations technologiques qu'elle utilise. 

Une pratique éco-friendly

Ce sont des ingénieurs qui programment la trajectoire du robot 3D grâce à des algorithmes. Le tracé est calculé au millimètre près pour réduite les coûts ainsi que l'impact sur l'environnement. "La construction génère​ 20% des dégagements de CO2 à l'échelle nationale (...), il faut se questionner sur nos habitudes et sur les matériaux employés", confie Thomas Grenouilleau, président ERB et porteur du projet Empreinte. Pour construire de manière moins polluante, l'entreprise Néolithe a même mis au point un procédé permettant de recycler les déchets de chantier en granulés minéraux, réutilisables à l'infini pour construire à nouveau. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.