"70 ans de création visionnaire" : une exposition pour découvrir l'oeuvre de Charlotte Perriand, longtemps restée dans l'ombre de Le Corbusier

L’exposition "Le monde nouveau de Charlotte Perriand" est à voir à Paris à la Fondation Louis Vuitton jusqu’au 24 février.

Le Corbusier, Charlotte Perriand, Djo-Bourgeois, Jean Fouquet et Percy Scholefield (en arrière-plan) dans l\'atelier-appartement place Saint-Sulpice à Paris, 1928.
Le Corbusier, Charlotte Perriand, Djo-Bourgeois, Jean Fouquet et Percy Scholefield (en arrière-plan) dans l'atelier-appartement place Saint-Sulpice à Paris, 1928. (PIERRE JEANNERET/ACHP)

Son nom ne vous dit peut être rien, et pourtant elle fut une créatrice majeure du XXe siècle. L’architecte et designer Charlotte Perriand, à qui on doit notamment des meubles devenus de véritables icones de la modernité, est à l’honneur à la Fondation Louis Vuitton, à Paris, avec une grande rétrospective mettant en lumière ses 70 ans de création.

L'invention de la cuisine ouverte

"Pour moi c'était quelqu'un de visionnaire, explique sa fille, Pernette Perriand-Barsac. Elle essayait de voir comment on voulait construire ce XXIe siècle."
La visite de l’exposition le confirme, Charlotte Perriand était dès les années 1920 très en avance sur son temps. La créatrice, qui travailla pendant dix ans avec Le Corbusier, a ainsi inventé la cuisine ouverte, qui fait aujourd’hui partie de notre quotidien mais qui était totalement révolutionnaire à l’époque.

Charlotte Perriand, qui travailla pendant dix ans avec Le Corbusier, a notamment inventé la cuisine ouverte.
Charlotte Perriand, qui travailla pendant dix ans avec Le Corbusier, a notamment inventé la cuisine ouverte. (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)

"Cette cuisine ouverte permet à la femme d'être directement en interaction avec tous, explique Sébastien Cherruet, l'un des commissaires de l’exposition. C'est cette cuisine qui apparaît dès les années 1920 dans son atelier de Saint-Sulpice. C'est également celle qu'elle dessine pour les unités d'habitation de Le Corbusier à Marseille. C'est réellement l'un des éléments qu'apporte Charlotte Perriand au design et à l'architecture du XXe siècle."

Un dialogue entre architecture, peinture et sculpture

L’exposition s’étend sur 4000 m2, ce qui permet de reconstituer certains des espaces créés par Charlotte Perriand. Le visiteur est invité à y pénétrer comme dans l’appartement moderne conçu pour le salon d’automne en 1929.

L\'appartement moderne conçu par Charlotte Perriand pour le salon d\'automne de 1929.
L'appartement moderne conçu par Charlotte Perriand pour le salon d'automne de 1929. (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)

On y retrouve des pièces iconiques : le fauteuil grand confort ou la chaise longue basculante, souvent attribués à tort à Le Corbusier. "Cet appartement de 90m2 qu'elle imagine avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret n'était plus connu que par quelques photographies en noir et blanc," raconte Sébastien Cherruet.

Là, on restitue la volumétrie, les matériaux d'origine, les techniques, les couleurs, les texturesSébastien Cherruet

Charlotte Perriand défend le dialogue entre architecture, peinture et sculpture. Aux côtés de ses 200 créations, l’exposition rassemble donc 200 œuvres d’art signées par les plus grands artistes du XXe siècle auxquels elle avait fait appel : son ami Fernand Léger, Calder, Picasso, Miro, Le Corbusier, Braque ou encore Soulages. De quoi subjuguer le visiteur qui va de surprise en surprise, découvrant ses constructions préfabriquées ou son travail de bâtisseur à la station de ski des Arcs. 

Charlotte Perriand fait dialoguer architecture, peinture et sculpture.
Charlotte Perriand fait dialoguer architecture, peinture et sculpture. (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)

"Elle a cette démarche de bâtisseur dans un respect total du site, confirme Sébastien Cherruet. Elle s'intègre dans les courbes de niveaux, elle imagine des bâtiments qui n'ont pas de vis-à-vis les uns sur les autres, de manière à ce que les occupants des appartements puissent jouir de vues dégagées vers la montagne."
Charlotte Perriand la visionnaire s’est éteinte il y a 20 ans et depuis sa disparition, ses créations atteignent des records aux enchères. Son travail est aussi mis en avant dans beaucoup de livres publiés cette année, notamment Charlotte Perriand, de Laure Adler (Éditions Gallimard), et Charlotte Perriand, l’œuvre complète volumes 1 à 4, de Jacques Barsac (Éditions Norma).

Le reportage d'Anne Chépeau
--'--
--'--