A Londres, les objets symboles d'une vie confinée bientôt exposés au musée

Un appel a été lancé pour que les Londoniens transmettent des objets symbolisant, pour eux, le confinement. 

Un homme portant un masque de protection anti-covid, à Londres, le 7 mai.
Un homme portant un masque de protection anti-covid, à Londres, le 7 mai. (ALEX DAVIDSON / GETTY IMAGES EUROPE)

La pandémie de coronavirus continue de faire des ravages dans le monde mais déjà des musées rassemblent témoignages et objets pour décrire cette période historique, en particulier les aléas de la vie confinée.

"Dès qu'on a su qu'il y allait avoir un confinement, on a discuté ce qu'il fallait collecter pour l'avenir. C'est une expérience tellement extraordinaire!" explique Beatrice Behlen, conservatrice au Museum of London, consacré à la vie de la trépidante capitale britannique.

Appel du Museum of London 

Un appel a donc été lancé pour que les Londoniens transmettent des objets symbolisant, pour eux, le confinement. "Ça peut être quelque chose de réconfortant, comme par exemple votre paire de chaussons préférés, ceux que vous portez tous les jours", décrit Beatrice Behlen. Ou le reflet de nouvelles pratiques car "les gens se sont mis à tricoter ou à cuisiner", voire à fabriquer des masques.

Le musée s'est ainsi vu offrir un pot de confiture "faite maison" ou encore une crécelle, fabriquée pour faire le maximum de bruit quand, chaque jeudi soir, la population rend hommage aux soignants. Pour la conservatrice, ce n'est pas tant l'objet lui-même qui compte que "le sens qu'il a pour son propriétaire". "A l'avenir ça pourra nous aider à raconter ce qui se passait".

Voir cette publication sur Instagram

We've been mind-blown by your response to our Collecting COVID project! Thank you to everyone who has been in touch to share their objects or talk about first-hand experiences of the lockdown. We really appreciate people taking the time to share their stories with us during this unique time, and we'll get back to everyone individually as soon as we can. In the meantime, do continue to get in touch with your contributions to the project by dropping enquiry@museumoflondon.org.uk a line.

Une publication partagée par Museum for London (@museumoflondon) le

"Collection d'émotions"

Mais si certaines possessions peuvent en dire long, comment raconter le manque ? Celui de certains produits, et surtout l'absence des amis et parents ?

Répondant à l'appel à témoignages d'un autre établissement culturel de Londres, le Musée de la maison, une famille raconte avoir installé un écran devant la table pour partager le repas de Pâques avec des proches en direct. Une autre a transformé son salon en atelier de couture afin de fabriquer des combinaisons médicales pour les soignants qui en manquent cruellement.

A travers quelques questions, le Musée de la Maison interroge le nouveau rapport des Britanniques à leur foyer. "Ce qui ressort, c'est la résilience des gens face à la situation, la façon dont ils s'adaptent", raconte Sonia Solicari, directrice du musée. Avec les écoles fermées, le salon devient une salle de cours ou une salle de sport, pour les plus motivés. Voire un salon de coiffure. Amarjit voit sa maison victorienne de Londres comme un "palace", elle devenue "plus précieuse que jamais car tout s'y passe ici maintenant". Alex, seul dans un petit appartement, a lui l'impression d'être "à l'isolement en prison" et entend ses voisins du dessous "se disputer constamment". 

"C'est vraiment devenu une collection de sentiments et d'émotions, autant que d'images et de témoignages, ce qui peut être très difficile à décrire pour un musée", remarque-t-elle.

Des initiatives similaires ont émergé un peu partout. En Suède, le Nordiska museet de Stockholm collecte les réflexions d'enfants sur leur vie quotidienne, ce qu'ils pensent de la situation et leur vision de l'avenir.

Garder une trace

Photo d'un anniversaire confiné ou d'un baiser échangé à travers une vitre : le musée de la ville de Vienne a reçu 1.800 contributions racontant comment la vie des habitants de la capitale autrichienne a été bouleversée par la pandémie.

"Il faut garder une trace de cet événement pour pouvoir expliquer dans 100 ans ce qui s'est passé. Si on n'intervient pas maintenant, on risque de perdre toute cette mémoire", explique Sarah Lessire, coordinatrice d'un autre projet, les Archives de la quarantaine, en Belgique. Le site recense de multiples initiatives comme des groupes Facebook d'entraide solidaire ou une fête du 1er-Mai virtuelle.

La période a aussi inspiré les artistes, et à Barcelone, trois jeunes publicitaires ont crée un compte Instagram qui met en valeur plus de 900 oeuvres d'art créées pendant la pandémie.

Voir cette publication sur Instagram

by @dan_cretu “Summer of 2020” _________________ Follow for more: @CovidArtMuseum Share your artwork with us #CovidArtMuseum The world’s 1st museum for art born during Covid19 quarantine #CovidArt #Covid19 #QuarantineArt

Une publication partagée par CAM The Covid Art Museum (@covidartmuseum) le

Mais si ces diverses collections sont déjà bien étoffées, nul ne sait quand elles pourront être exposées dans les musées qui gardent, dans bien des pays, portes closes. La pandémie menace même certains de mettre la clé sous la porte. C'est le cas à Londres du musée Florence Nightingale, qui appelle aux dons pour survivre. Consacrée à une pionnière des soins infirmiers, il est situé dans l'enceinte de l'hôpital St. Thomas, où le Premier ministre Boris Johnson a été soigné du coronavirus.