Cet article date de plus de cinq ans.

2666, la fabuleuse épopée théâtrale et littéraire de Julien Gosselin

C'est une tradition au festival d'Avignon, des spectacles longs, très longs même parfois. Cette année, c'est 2666 de Julien Gosselin qui embarque le public dans une épopée de douze heures, avec quatre entractes et un triomphe à la clef.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Julien Gosselin a adapté au théâtre les 1200 pages du roman de Roberto Bolaño © MaxPPP)
Le reportage de Thierry Fiorile
écouter

2666  du Chilien Roberto Bolaño, c’est un roman monde de 1200 pages. Julien Gosselin l’adapte en suivant l’architecture labyrinthique du livre. Au commencement, quatre universitaires européens cherchent Archimboldi, mystérieux écrivain allemand.

La violence contre les femmes de Ciudad Juarez

Cette quête romanesque les mène au Mexique, à Santa Teresa où des centaines de jeunes femmes et d’adolescentes sont enlevées, violées, assassinées. Bolaño n’invente rien sauf le nom de la ville. Cette tragédie satanique, jamais élucidée, s’est vraiment passée dans les années 90 dans la ville de Ciudad Juarez où règnent les narcotrafiquants et les politiciens véreux.

Mais l’auteur bifurque sans cesse, ajoute des personnages, change de lieu, d’époque. Le pari fou de Julien Gosselin c’était d’en faire du théâtre : « Il digresse sans arrêt pour pouvoir dire finalement que seule la littérature ou là dans ce livre, la question de la violence compte, et pas tant la machine fictionnelle ou l’attention liée au suspense. Bolaño il est tout le temps en train de me faire faire un pas de côté et c’est passionnant pour moi. C’est cela que je cherche avec ce genre de livre. "

12 heures à travers plusieurs époques

Les treize comédiens sont une foule de personnages. Ils jouent aussi en anglais, allemand, espagnol. Ils passent d’un théâtre intime à de grandes tirades. La performance est totale et Hubert Colas signe une scénographie flamboyante mais jamais vaine. On voyage sans cesse, d’une boite de nuit mexicaine à une chambre d’hôtel à Paris, des champs de batailles de la deuxième guerre mondiale à un taxi londonien.

Les douze heures sont passées et on repense ému, sonné, à l’été 2013 quand Avignon a révèlé Julien Gosselin et sa bande avec la brillante adaptation des Particules élémentaires de Michel Houellebecq.

Avec 2666 , Julien Gosselin fait plus que confirmer, son travail fait avancer le théâtre. Julien Gosselin n’a pas encore 30 ans et toute sa tête : «  Fallait pas s’éparpiller je suis resté assez concentré là-dessus. Après, ce qui est formidable c’est que cela a pu nous permettre d’avoir les productions nécessaires pour pouvoir monter un projet de cette ampleur-là. Le plus important c’est l’art qu’on fait pas le bruit qu’on génère  ». 

2666  mis en scène par Julien Gosselin au festival d'Avignon jusqu'au 16 juillet

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Arts-Expos

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.