Cet article date de plus de trois ans.

Alpes-Maritimes : le maire du village Marie lance un appel à toutes les Marie pour sauver le patrimoine de la commune

Le village lance une campagne originale pour financer la rénovation de son église : le maire de Marie fait appel à la générosité de toutes les femmes qui s'appellent Marie.

Article rédigé par
Avec France Bleu - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le panneau d'entrée au village de Marie (Alpes-Maritimes). (VILLE DE MARIE)

Gérard Steppel lance un appel au don, visant surtout la générosité de toutes les Marie, pour sauver le patrimoine de son village du même nom dans les Alpes-Maritimes, rapporte France Bleu Azur, mardi 26 juin. "Si elles donnent symboliquement même un euro, je suis sauvé sur le projet. Donc pour nous, ce serait le rêve, le miracle même", témoigne-t-il.

"On n'a pas l'aura ni la médiatisation que peuvent avoir certains projets grâce à Stéphane Bern ou d'autres personnalités, donc on s'est dit 'à Marie on va jouer sur quoi ? Sur le nom, Marie'", explique le maire. Il a besoin de 150 000 euros, financés à 54% par le département, pour rénover l'église Saint-Pons-de-Marie. L'édifice date du XVIe siècle : son chœur, les moulures et les décors doivent être refaits.

En tant que maire de Marie, je peux rêver au miracle

Gérard Steppel

Les 70 000 euros restants pourraient être collectés grâce à la générosité des Marie, Marie-Pierre, Marina et "tous les dérivés". "J'ai regardé sur le siècle dernier, il y a eu 2,2 millions de bébés qui ont été appelés Marie. Sur les Alpes-Maritimes, j'avais vu des statistiques, il doit y en avoir à peu près 40 000 ou 50 000", calcule Gérard Steppel, qui compte aussi sur les femmes qui viennent se prendre en photo à côté du panneau de signalisation à l'entrée de la commune.

La collecte pour ce village de 200 habitants, le seul à s'appeler Marie en France, est encadrée par la Fondation du Patrimoine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.