65e Festival de Cannes : Cronenberg encore et toujours

Président du jury en 1999, année où il aurait voulu décerner la Palme d’or à « Pola X » de Léos Carax, David Cronenberg se retrouve aujourd’hui en compétition à ses côtés dans la course à la récompense suprême, avec « Cosmopolis ». Autre ironie du sort, son fils concourt pour le prix Un Certain Regard et la Caméra d’or. La présence du Prix spécial du jury pour « Crash » en 1996, est l’événement de cette fin de Festival.

David Cronrnberg filme Robert Patinson dans "Cosmopolis"
David Cronrnberg filme Robert Patinson dans "Cosmopolis" (Stone Angels)

"Cosmopolis" : la bande-annonce

Plus que deux jours et les jeux seront faits. Adaptation du roman éponyme de Don Dellilo, ce nouveau Cronenberg s’inscrit dans une actualité brûlante puisqu’il traite d’un golden boy à Wall Street qui pète les plombs en pleine crise boursière. Le film s’apparente au parfait complément du formidable « Margin call » de J. C. Chandor, sorti le 2 mai dernier et toujours en salles. L'égérie de "Twilight", Robert Patinson y tient le premier rôle. Le film sort en salles ce vendredi, le même jour de sa projection à Cannes.

Deuxième film en compétition : le russo-ukrainien « Dans la brume » de Sergei Loznitsa, où un homme accusé à tord de collaboration en pleine seconde guerre mondiale est traqué par deux résistants.

"Dans la brume" : extrait

Ce jour voit également la projection en séance spéciale du « Serment de Tobrouk », signé Bernard-Henri Lévy, sur la révolution libyenne qui a conduit à la mort du despote Mouammar Kadhafi.

Enfin, Philip Kaufman, réalisateur notamment de « L’Etoffe des héros », donnera une leçon de cinéma, occasion à laquelle sera projeté son téléfilm, pour HBO, inédit, "Hemingway et Gellhorn", avec Nicole Kidman.

« Hemingway et Gellhorn » : la bande annonce