Culture des vignes : du bio sans pesticides ?

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 27/11/2013Durée : 00h48

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Comment continuer à faire du vin bio sans aucun pesticide en évitant que se propage une maladie mortelle pour les vignes ? C'est le dilemme d'un viticulteur qui va se retrouver devant la justice pour avoir refusé de traiter ses cépages. Il pourrait encourir une peine de prison et une forte amende.

C'est une maladie que redoutent les viticulteurs. La flavescence dorée. Elle se manifeste par un jaunissement des feuilles. La maladie propage grâce cet insecte : la cicadelle. Depuis quelques années, elle est apparue dans le vignoble bourguignon, plus récemment en Côte d'Or.

Elle provoque des pertes de récolte, une altération de la qualité du raisin et peut aller jusqu'à la mort des ceps.

Les viticulteurs ont l'obligation de traiter la vigne à l'aide d'un insecticide. C'est qu'a refusé de faire ce viticulteur. Il pratique depuis longtemps la bio dynamie sans traitements chimiques. Selon lui la maladie n'est pas suffisament implantée pour justifier l'utilisation d'un insecticide.

C'est un produit non selectif, il va détruire autre chose que l'insecte visé. On va mettre en cause l'équilibre naturel.

Il affirme ne pas être le seul viticulteur à ne pas traiter. Mais lui a été contrôlé. La justice l'a convoqué au tribunal. Il encourt une peine de 6 mois d'emprisonnement avec sursis et 30.000 euros d'amende.

La sanction est disproportionnée. On veut faire d'un cas un exemple pour éviter que d'autres fassent pareil.

Ce viticulteur est respecté et la profession est partagée. Chacun reconnaît que la sanction est excessive mais beaucoup redoutent d'être un jour obligés d'arracher leurs vignes.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==