Creil : "Rivierre", usine de clous centenaire

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 14/01/2014Durée : 00h45

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

On vous parle souvent des métiers de tradition. La semaine dernière, on vous présentait un girouettier. Aujourd'hui, on vous emmène dans la dernière usine de clous encore en activité en France, à Creil (Oise). La clouterie Rivierre y est installée depuis 1888.

Dans un décor de cinéma, des visiteurs déambulent au milieu des ouvriers. Ils découvrent une usine à clous centenaire. Une employée leur sert de guide.

C'est ici que l'on va travailler notre fil pour avoir différents diamètres.

Pour fabriquer des clous. Le secret de l'entreprise, 325 machines qui tournent depuis 1888. Voyage dans le temps pour ce groupe de 7 personnes. Ces visites sont organisées 4 fois par semaine depuis 2010. 3.500 personnes cette année ont découvert les ateliers.

Pour voir les derniers savoir-faire qui restent en France. Il n'y en a pas tant que ça et c'est intéressant.

400 ouvriers au début du siècle. En 1914, pendant la guerre, l'usine fabrique des clous pour l'armée. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 20. Cet ouvrier est fier d'expliquer ce qu'il fait.

On fait entrer un fil de diamètre 200 et il en ressort un fil de 130. Beaucoup d'entreprises ont fermé, nous, on est toujours là.

Patrick est bluffé.

Il n'y pas eu besoin d'électronique, de logiciels.

Loin du bruit des machines, la visite continue.

C'est un clou qui n'a pas de tête et à la place a deux pointes. On fait ça pour les tonneaux de cognac. Ce sont des clous en inox.

En inox et aussi aluminium, laiton ou en acier. Une variété qui fait la force de l'entreprise.

On fabrique 2.800 modèles de clous différents. Les Chinois font surtout les clous standards qu'on trouve dans les magasins de bricolage.

Un défi, la concurrence asiatique. La clouterie résiste en ciblant l'industrie du luxe qui recherche des finitions soignées.

Ce sont des machines qui ont un siècle et sont extraordinaires.

Des machines qui ont un nom: Diana, Diva, Camille.

Elles ont toutes un numéro, mais ils sont mélangés. Les prénoms aident à les retrouver facilement.

C'est vos anciennes copines.

Pas tout à fait.

Il y a des Françaises, des Denises, ça crée un lien charnel entre les mécaniques et les hommes.

Chacun repartira avec un petit cadeau, un sachet de clous. Modèle traditionnel ou nouveauté, car la clouterie innove encore. De ces machines centenaires sortent une dizaine de nouveaux modèles.

Le JT
Les autres sujets du JT