Cet article date de plus de huit ans.

Crash Malaysia Airlines : la colère des familles

Publié
Temps de lecture : < 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

L'enquête sur la disparition du Boeing en Malaisie se concentre sur le pilote et sur une découverte faite sur son simulateur de vol. Dans le même temps, les nerfs des familles des victimes ont lâché, ce matin, lors d'une conférence de presse.

Nous voulons la vérité. Mon fils était à bord de l'avion. Ça fait 12 jours, où est mon fils.

Avant la conférence de presse des autorités malaisiennes, quelques membres des familles du vol disparu viennent devant la presse crier leur colère. Très vite des policiers malaisiens arrivent. Ils se dirigent vers le fond de la salle et ils expulsent sans ménagement ces femmes venues protester. Depuis 12 jours, les familles sont excédées par la lenteur et la confusion autour de l'enquête. Le travail des policiers progresse doucement. Ils s'intéressent au pilote et au copilote du vol. Le week-end dernier, les enquêteurs ont saisi chez le commandant de bord un simulateur de vol sur lequel il s'entrainaît.

Ce que nous savons pour le moment sur ce simulateur, c'est que des données ont été effacées le 3 février dernier.

Le commandant de bord n'a jamais caché qu'il avait un simulateur de vol chez lui. Il postait des vidéos sur YouTube où il se filmait. Soit il a effacé des données lors d'une simple opération de routine pour vider la mémoire du simulateur. Soit il a voulu dissimuler quelque chose. Les policiers veulent savoir, ils ont demandé l'aide du FBI pour restaurer ce qui a disparu.

A Toulouse il y a deux ans, Mohamed Merah tuait 7 personnes, des militaires et des victimes juives, dont des élèves d'une école.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.