Football : l'Argentine, le Chili, le Paraguay et l'Uruguay annoncent une candidature commune pour l'organisation du Mondial 2030

Les quatre pays entendent ainsi célébrer le centenaire de la première Coupe du monde de l'histoire, organisée en Uruguay en 1930.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Alejandro Dominguez, le président de la confédération sud-américaine de football, le 2 août 2022 à Montevideo (Uruguay), lors de l'annonce de la candidature commune de l'Argentine, du Chili, de l'Uruguay et du Paraguay pour l'organisation du Mondial 2030. (PABLO PORCIUNCULA / AFP)

Pour un retour aux sources. L'Uruguay, l'Argentine, le Chili et le Paraguay ont officialisé leur candidature commune à l'organisation de la Coupe du monde 2030, mardi 2 août. Cette compétition marquera le centenaire de la première édition du Mondial, disputée en Uruguay, qui l'avait emporté devant son public.

"Ce n'est pas le projet d'un gouvernement mais le rêve d'un continent", a lancé Alejandro Dominguez, le président de la Conmebol, la confédération sud-américaine de football. "Il y aura d'autres Coupes du monde, mais les 100 ans ne seront célébrés qu'une fois." Outre l'Uruguay (1930), le Chili (1962) et l'Argentine (1978) ont déjà organisé le plus grand événement footballistique de la planète.

Le second Mondial à 48 équipes

Comme un clin d'œil à ce passé, la conférence de presse pour officialiser la candidature a eu lieu au mythique stade Centenario de Montevideo, antre de la finale de 1930 entre l'Uruguay et l'Argentine (4-2). La Fifa désignera en 2024 le ou les pays hôtes du Mondial 2030. L'Espagne et le Portugal ont déjà annoncé depuis un an leur candidature commune. 

Les détails de la candidature sud-américaine n'ont pas été dévoilés et seront présentés en mai 2023. Le ministre uruguayen des Sports, Sebastian Bauza, a tout de même précisé que le projet s'articulerait autour de 14 stades. Au total, 48 équipes participeront à ce Mondial, contre 32 actuellement.

Avec ce passage à 48 sélections, "il est plus difficile et onéreux pour un pays d'être candidat seul", a souligné Alejandro Dominguez. "Une organisation conjointe permet de réduire le niveau d'investissements requis", a-t-il dit sans avancer aucun chiffre pour le budget.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.