Coupe du monde 2022 : la drôle de journée d'Embolo, Ronaldo dans l'histoire, l'Uruguay inoffensive... Ce qu'il faut retenir de la journée du jeudi 24 novembre

Les équipes des groupes G et H faisaient leur entrée dans la compétition, jeudi, à l'occasion de la cinquième journée de ce Mondial au Qatar.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Breel Embolo, Cristiano Ronaldo et Edinson Cavani. (AFP)

Le Portugal est entré du bon pied dans cette Coupe du monde 2022, après sa victoire face au Ghana (3-2). Tout comme la Suisse, qui s'est imposée sans briller en ouverture de la journée face au Cameroun (1-0). Cela s'est avéré plus compliqué pour l'Uruguay, dans une journée marquée aussi par des péripéties extra-sportives, notamment autour des enceintes qataries.

Ça passe pour le Portugal et la Suisse, l'Uruguay piégé

Comme le répètent (trop) souvent les joueurs, l'important dans le football, c'est les trois points. Et ce ne sont pas les Suisses qui vont dire le contraire ce jeudi 24 novembre. Malmenée par le Cameroun, la Suisse s'est imposée sans briller pour ouvrir la journée (1-0). Pour la manière, la Nati repassera. S'ils n'ont pas beaucoup plus convaincu ballon au pied, les Portugais ont eux offert un scénario haletant avant de s'imposer face au Ghana (3-2). Cristiano Ronaldo a notamment ouvert le score sur penalty, devenant ainsi le premier joueur à marquer dans cinq Coupes du monde différentes. Les trois points, les Uruguayens ne les ont, eux, pas empochés. Tenus en échec par la Corée du Sud, les coéquipiers d'Edinson Cavani ont calé d'entrée (0-0).

La drôle de journée de Breel Embolo

Né le 14 février 1997 à Yaoundé, Breel Embolo a vécu une journée riche en émotions pour son entrée dans ce Mondial 2022 avec la Suisse, jeudi 24 novembre. Titulaire à la pointe de l'attaque de la Nati, le buteur de l'AS Monaco affrontait pour la première fois son Cameroun natal avec son pays d'adoption. Transparent en première période, visiblement dépassé par l'émotion, il a inscrit l'unique but de la rencontre au retour des vestiaires. Une réalisation qu'il n'a pas célébrée, se contentant de demander pardon en levant les bras au ciel. "C'est un rêve. Je suis extrêmement fier pour moi et ma famille", a commenté après la rencontre le joueur, "Nous sommes heureux de commencer ainsi le tournoi, félicitations à mon équipe. Et je souhaite le meilleur au Cameroun."

Des supporters chahutés

La vie de supporters à la Coupe du monde au Qatar est loin d'être un long fleuve tranquille. Après quatre jours de compétition, les accrocs se multiplient aux abords des enceintes du Mondial. Ce jeudi, on a ainsi appris qu'un supporter marocain s'était vu confisquer son drapeau berbère en amont du match entre le Maroc et la Croatie, mercredi. Pire : des Anglais n'ont pu rentrer dans un stade à cause de leurs déguisements en chevaliers des Croisades. Des restrictions qui commencent à faire du bruit, mais certains tentent de trouver des parades. C'est ainsi qu'un supporter mexicain a tenté de pénétrer dans les tribunes avec de l'alcool dissimulé... dans une fausse paire de jumelles.

Un Saoudien opéré du pancréas

Si l'Arabie saoudite a créé la surprise lors de son premier match en renversant l'Argentine (2-1), elle en a payé le prix, malheureusement. Le défenseur Yaser Al-Shahrani a en effet dû quitter les siens, après un choc violent avec son propre gardien. Et pour cause : le défenseur saoudien a été victime d'une fracture de la mâchoire, d'une commotion cérébrale et de dommages internes à la poitrine et l'abdomen. Ce jeudi, il a ainsi été opéré avec succès du pancréas. "Je tiens à vous rassurer sur mon état de santé, je vais mieux. N’oubliez pas de prier pour moi. Félicitations pour la victoire. Merci", a rassuré Al-Shahrani sur ses réseaux sociaux. Il est attendu dans les prochaines heures en Arabie saoudite pour entamer sa récupération, alors que ses coéquipiers défieront la Pologne samedi, à 14 heures.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.