Coupe du monde 2022 : Raphaël Varane toujours plus proche d'un retour, alerte pour Kingsley Coman

À deux jours du match contre le Danemark, les deux principales informations de l'entraînement ouvert aux médias concernent Raphaël Varane et Kingsley Coman.
Article rédigé par
De notre envoyé spécial à Doha - Andréa La Perna
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Raphaël Varane à l'entraînement de l'équipe de France, le 24 novembre 2022, à Doha. (FRANCK FIFE / AFP)

S'il n'est pas déjà à 100%, il s'en rapproche de jour en jour. Raphaël Varane a disputé une nouvelle séance d'entraînement en intégralité, jeudi 24 novembre. Didier Deschamps avait préféré ne pas prendre de risques avec son défenseur central lors de la victoire face à l'Australie, mardi, même s'il le jugeait "apte et disponible". Le taulier de l'équipe de France postule plus que jamais à une place de titulaire face au Danemark, samedi, pour le deuxième match des Bleus dans cette Coupe du monde 2022.

À deux jours du choc face au concurrent direct désigné, il s'est entraîné sans gêne apparente. Après un échauffement classique, une montée en puissance par la course, il s'est adonné à un exercice de passes en hauteur, avant de participer, avec les joueurs qui n'ont pas ou peu joué contre l'Australie, à un exercice collectif. Celui qui n'a plus joué depuis un mois, à cause d'une blessure aux ischio-jambiers, n'a pas été particulièrement poussé dans ses retranchements, pratiquant son jeu long pour trouver ses latéraux, depuis un poste d'axial droit. À noter que le joueur de Manchester United a été le dernier à quitter la pelouse, prenant un peu de temps pour discuter avec Didier Deschamps.

Coman "ménagé"

La séance s'est moins bien passée pour Kingsley Coman, qui a quitté ses coéquipiers avant le premier exercice avec ballon. "Il est ménagé, rien de grave", a rassuré le staff de l'équipe de France. Reste que sa sortie n'avait pas du tout l'air planifiée, pas comme celle, au compte-gouttes, d'une grande partie des titulaires. Hugo Lloris, Adrien Rabiot ou encore Dayot Upamecano ne se sont par exemple pas éternisés.

Comme lors de la précédente séance ouverte aux journalistes, Didier Deschamps n'a pas donné beaucoup d'indices sur ses plans. Il n'y a pas eu non plus d'opposition. On remarquera qu'il a demandé à Eduardo Camavinga de travailler les combinaisons et les centres depuis le côté gauche, ce qui confirme qu'il est l'option n°2 derrière Theo Hernandez au poste de latéral gauche. La veille, il avait d'ailleurs évolué dans ce rôle lors d'un match amical contre le club d'Al Markhiya, remporté 4-0 et au cours duquel il a été auteur d'un "magnifique but", dixit Marcus Thuram.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.