Coupe du monde 2022 : pourquoi la Fifa a banni le mot "Love" que la Belgique voulait arborer sur son second maillot

Cette inscription reprend le logo du festival de musique électronique belge Tomorrowland, ce qui s'apparente à du sponsoring, alors que la Fédération internationale de football interdit les références à des marques sur les maillots des équipes nationales.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les Belges Axel Witsel et Eden Hazard avec le second maillot de la Belgique, le 18 novembre 2022 à Ardiya, au Koweït, lors d'un match amical face à l'Egypte. (VIRGINIE LEFOUR / BELGA VIA AFP)

Michy Batshuayi n'est pas venu au Qatar pour faire de la figuration. Dans la foulée de son but qui a donné la victoire à la Belgique face au Canada (1-0), mercredi 23 novembre, l'attaquant des Diables Rouges a ironisé sur la décision de la Fifa, qui a interdit à la Belgique d'apposer l'inscription "Love" sur son second maillot. "Pas de problème, l'amour gagne toujours", a-t-il écrit sur Twitter.

>> DIRECT. Coupe du monde 2022 : résultats, infos, réactions... Suivez toute l'actualité du Mondial au Qatar

Alors que cette actualité fait écho à une autre polémique – la Fifa a banni le brassard "One Love" contre les discriminations que voulaient porter sept sélections européennes, dont la Belgique – cette décision a été beaucoup commentée. Et les raisons de ce veto n'ont pas toujours été comprises.

Le message reprend le logo du Tomorrowland

Le second maillot de la Belgique aux tons arc-en-ciel, développé avec son équipementier Adidas, veut symboliser "les valeurs communes de diversité, d'égalité et d'inclusion", selon la Fédération royale belge de football (RBFA). Il s'inspire du festival de musique électronique belge Tomorrowland. Au point de reprendre son logo dans l'inscription "Love", inscrite au dos du maillot, comme expliqué sur le site de l'équipementier.

Si le message a bien été banni par la Fifa, ce n'est pas en raison des valeurs qu'il véhicule. L'instance interdit, en effet, tout sponsor sur les maillots des équipes nationales, comme écrit dans son règlement de l'équipement (PDF). "Les marques d'identification de l'équipe ne doivent pas (...) comporter un quelconque élément pouvant donner l'impression visuelle d'une marque d'identification de l'équipementier ou d'une publicité de sponsor", peut-on lire. Ou encore : "Un élément décoratif ne doit pas constituer une promotion ou quelque autre message à caractère commercial."

"La Fifa ne nous laisse pas le choix"

Si la Fédération royale belge de football a dit regretter cette décision – "C'est triste, mais la Fifa ne nous laisse pas le choix [de couvrir le message]. Pour le reste, l'équipement reste inchangé", a commenté lundi le directeur général de la RBFA, Peter Bossaert – les Diables rouges avaient anticipé ce veto. La Fifa avait en effet prévenu la Belgique bien en amont. "Ça date d'il y a plusieurs mois, confirme une source à la fédération. On ne peut pas avoir de sponsor en plus de la marque du vêtement, et 'Love' avec le logo est la marque du festival Tomorrowland."

Si elle recouvre le message, la Belgique pourra jouer avec son second maillot, sans risquer de sanction. Ce qui ne serait pas le cas si le capitaine des Diables Rouges, Eden Hazard, portait le brassard "One Love". La Fifa, qui n'a longtemps rien trouvé à redire sur ce message contre les discriminations, s'est réveillée à la veille du Mondial, explique désormais que les capitaines s'exposent à des sanctions sportives – un carton jaune – et précise que "seuls les brassards de capitaine fournis par la Fifa sont autorisés". Là aussi, une histoire de règlement selon la Fifa.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.