Cet article date de plus de deux ans.

Coupe du monde 2022 au Qatar : "C'est un Mondial de riches, d'influenceurs de TikTok et d'Instagram", déplore une association de supporters

Les places coûtent deux fois plus cher qu'au Mondial 2018. "Ce n'est pas un Mondial populaire", déplore l'association des Irrésistibles Français.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Bache des supporters "Les Irresistibles Français". (©WILLIAM MORICE / MAXPPP)

"C'est un Mondial de riches, d'influenceurs de TikTok et d'Instagram", déplore Fabian Tosolini, membre de l'association des Irrésistibles Français, mardi 5 avril sur franceinfo, alors que les places pour assister au Mondial-2022 de football en novembre au Qatar sont mises en vente à 11 heures.

>> Coupe du monde 2022 : à cause du prix des hôtels au Qatar, certains supporters français pensent à "faire l'aller-retour à chaque match"

"C'est une Coupe du monde qui pourrait sonner très creux", selon lui, car les tribunes ne seront pas pleines en raison du prix trop élevé des places – 2 250 euros de frais pour avoir des sièges aussi bien situés qu'au dernier Mondial en 2018 en Russie, qui coûtait 1 100 euros à ce moment-là – et les difficultés pour trouver un logement, ce qui est obligatoire pour obtenir un visa. "Ce n'est pas un Mondial populaire comme nous l'avons vécu encore en 2018 et des tribunes que l'on va vivre lors de la Nations League en juin quand on ira à Split en Croatie ou à Vienne en Autriche", regrette le supporter.

Des valeurs "bafouées"

Fabian Tosolini trouve également "triste" que les "valeurs" des supporters aient été "bafouées" dans l'attribution de ce Mondial au Qatar en 2010. Lui a d'ailleurs décidé de ne pas y aller, "pour la première fois", et seulement une cinquantaine de membres de son association comptent y aller, contre 600 lors du dernier Mondial en Russie.

"Je ne serai pas à cette Coupe du monde pour une raison simple, c'est que ce que représente cette Coupe du monde cette année, les valeurs qu'elle a portées avec le non-respect des droits des travailleurs, les problématiques environnementales – on a quand même construit des stades pour les déconstruire, les climatiser en pleine période hivernale – moi ça me dépasse", soupire-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.