Contrats d'avenir : premier bilan après six mois

a revoir

Présenté parJulian Bugier

Diffusé le 07/05/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

J. Bugier : Concernant l'emploi, François Hollande confirme son objectif d'inverser la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année. Coup de projecteur sur les fameux emplois d'avenir, la grande mesure censée relancer l'emploi. Le dispositif peine à s'imposer. Qu'en disent les jeunes qui en profitent.

Ils ont été parmi les premiers à décrocher un emploi d'avenir. Nous les avions rencontrés quand ils ont signé leur contrat. Aujourd'hui, leur vie a bien changé. Axel est agent logistique à la SNCF. Il est en charge du matériel. Il y a 6 mois, voici objectif.

Je serai indépendant et je pourrai payer mes affaires moi-même.

6 mois plus tard, il touche le SMIC, non sans fierté.

J'ai pu m'acheter un écran plat avec mon 1er salaire. Par la suite, j'ai pu aider mes parents.

Le jeune homme apprend un métier, mais il apprend aussi sur lui-même. Il en est bien conscient.

Il y a 6 mois, c'était différent. J'étais timide, renfermé sur moi. Aujourd'hui, j'ai confiance en moi. J'ai envie d'aller le plus loin possible. Je me donne à fond. J'y arriverai.

Il y a 6 mois, Gwenaëlle abandonnait ses petits boulots dans la vente pour devenir femme de ménage dans un collège. Elle voyait ce contrat comme un tremplin.

Quand on dit qu'on a travaillé un an dans le milieu scolaire, on est forcement mieux perçu par les gens.

Aujourd'hui, elle ne compte plus ses courbatures. Mais elle a fait ses preuves.

On n'est pas habitue à soulever plus de 300 chaises dans la journée et à passer la serpillière sur 2km2. Ça ouvre des portes dans le monde du travail. Les employeurs ouvrent les yeux. J'ai fait 41 heures par semaine. J'ai fait du ménage toute la journée, je sais ce qu'est que galérer.

Avant son emploi d'avenir, Jules était au chômage depuis 18 mois. Il s'occupe désormais des espaces verts de sa ville. Ce qui a changé depuis qu'il travaille, c'est le regard des autres.

Ma mère est très fière. Ça me fait plaisir. On peut dire à nos potes qu'on travaille, comme tout le monde.

Avant, c'était compliqué de dire que vous ne trouviez pas de travail.

Effectivement. Les autres travaillent, vous, vous ne faites rien. Pour les sorties, ce n'est pas pareil. On n'a pas les moyens.

Et maintenant.

On peut sortir et se faire plaisir.

Sortir, mais aussi avoir de nouvelles ambitions : le permis de conduire et bientôt son propre appartement. Tous les 3 sauront dans 6 mois si leur contrat est renouvelé.

Le JT
Les autres sujets du JT