Cinéma : "24 jours" d'Alexandre Arcady : retour sur le meurtre d'Ilan Halimi

a revoir

Présenté parMarie Drucker

Diffusé le 26/04/2014Durée : 00h40

Mais d'abord, c'est l'un des crimes les plus retentissants de ces dernières années en France. En janvier 2006, Ilan Halimi, parce qu'il était juif, était enlevé et torturé à mort pendant 24 jours. "24 jours" c'est le titre du film d'Alexandre Arcady qui sort mercredi prochain et qui retrace les défaillances de l'enquête et l'horreur pour la mère de la victime.

Qu'est-ce qu'il se passe? Il est arrivé quoi à Ilan.

Il a été enlevé.

Comment ça.

Du film à l'effroyable réalité. Ilan Halimi avait 23 ans, le 20 janvier 2006, une jeune femme, Emma, lui donne rendez-vous sur son lieu de travail, c'est un piège. Ilan est enlevé, séquestré et torturé dans la chaufferie d'un immeuble à Bagneux. Il sera découvert, agonisant, près de la gare de Sainte-Geneviève-des-Bois. Son martyre a duré 24 jours. Ilan Halimi enlevé pour obtenir une rançon, enlevé parce que juif, c'est ce que rappelle ce film.

"II.

"Il est écrit "un juif a été enlevé", pas "un homme". Ils vont le tuer.

"24 Jours", c'est d'abord le regard d'une mère sur l'enquête policière et sur la culpabilité de ceux qui ont permis ce crime. Une mère que nous avions rencontrée à la veille du procès en 2009.

Pas un seul n'a eu pitié d'un jeune qui avait leur âge. L'être humain n'a plus aucune valeur, a fortiori quand il est juif, il est condamné d'avance.

Vingt-quatre jours pendant lesquels l'affaire ne sera pas ébruitée médiatiquement, vingt-quatre jours qui marquent l'échec de la police face au chef des ravisseurs, Youssouf Fofana et de sa vingtaine de complices.

C'est une tragédie, on connaît la fin et pourtant, pendant tout le film, on se dit que ce n'est pas possible. Quand on a tourné, on se demandait comment c'était possible que cela continue.

La mort d'Ilan Halimi, les deux verdicts jugés trop cléments ont provoqué une émotion dans la communauté juive, dans la classe politique et dans l'opinion publique. Pour Alexandre Arcady, ce film est avant tout un devoir de mémoire.

Cette tragédie du XXIe siècle était un événement si traumatisant pour notre pays qu'il fallait laisser une trace, qu'on se souvienne d'Ilan comme la première victime de confession juive tuée en tant que telle depuis la Seconde Guerre mondiale.

Certains membres du gang des barbares ont fini de purger leur peine. Youssouf Fofana, lui, a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==