Chutes du Niagara : toujours fascinantes

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 27/01/2014Durée : 00h38

Une belle performance.

Elles étaient figées, presque gelées il y a quelques jours. Elles ont retrouvé leur visage. Les chutes du Niagara, a cheval entre les Etats-Unis et le Canada. La beauté du lieu a toujours fasciné les artistes comme les touristes.

Rien n'arrête les chutes du Niagara. Une force de la nature que les températures polaires ne suffisent pas à geler entièrement. Lorsque l'eau se précipite à 50 mètres en contrebas, la seule force de son débit provoque la formation d'un nuage d'eau. Les vents d'hiver participent à la formation de ces blocs de glace. L'eau stagnante se fait vite rattraper et piéger par le froid. Un spectacle étonnant que les 18 millions de touristes qui viennent ici chaque année apprécient.

La puissance qui se dégage de cet endroit montre que la nature est bien plus forte que l'homme.

Si vous êtes artiste, c'est un endroit qui inspire.

Nos amis, la famille sont jaloux parce qu'on a vu ça.

La rivière Niagara sépare les Etats-Unis, à droite, du Canada, a gauche. Deux pays qui multiplient leurs efforts pour capter l'énergie exceptionnelle de ces chutes. Chacun ayant sa propre centrale hydroélectrique. l'enjeu est de préserver l'un des courants les plus rapides du monde. Vu du ciel, le gigantisme des lieux et le défi qui s'impose à l'homme. La coulée de glace qui se situe en contrebas doit être combattue pour ne pas obstruer ce débit unique qui alimente les terres voisines.

L'eau qui s'écoule ici est 154 millions de litres chaque minute. C'est suffisant pour alimenter un million de baignoires. Un cadeau de la nature, contrôlé par l'homme.

Avant les chutes, les deux pays travaillent de concert. Chacun son brise-glace, le rouge pour le Canada, le bleu pour les Etats-Unis. Tout l'hiver et par.

20 degrés, ils brisent les morceaux de glace.

La tempête de froid très récente a charrié la glace depuis le lac Erié jusqu'ici. Les blocs de glace sont passés par dessus les barrières de protection. Il y en a eu beaucoup plus que d'habitude.

Mais le phénomène météo rare n'est pas exceptionnel. Sur ces photos prises au début du siècle, on pouvait même se promener sur la coulée de glace. Les scientifiques se garderont donc d'en tirer des conclusions. Le lieu est une curiosité tant les paysages changent très vite, notamment si les vents chauds qui viennent du sud sont assez forts face aux anticyclones du grand Nord. Par temps clair l'été, on peut imaginer envoyer un drône avec une caméra embarquée afin de saisir les chutes. De façon moins risquée, on peut aussi les apprécier la nuit. Un restaurant propose une vue panoramique, idéal pour ce couple américano-canadien.

On est venus des millions de fois, c'est à mi-chemin entre nous deux.

Cette chute est baptisée le "Voile de la mariée, en référence à une vieille légende locale.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==