Cachan : l'itinéraire de djihadistes français

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 30/09/2014Durée : 00h50

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

vous restez avec nous. On va parler maintenant des Français qui partent faire le Jihad en Syrie. Les services de renseignement américain ont établi une liste noire et on peut y découvrir le nom d'au moins un Français, Salim Benghalem. Il s'agit d'un ex-animateur de région parisienne. Ce serait l'un des pires bourreaux du groupe Etat islamique. Que sait-on de lui et de son parcours.

Les Américains sont formels: parmis les jihadistes filmés dans ces vidéos de propagande, figurerait un Français qu'ils disent "très dangereux". Le Département d'Etat, dans sa liste des terroristes les plus recherchés, désigne Salim Benghalem comme un bourreau de l'organisation. Un ex-animateur de la mairie de Cachan, en région parisienne, condamné en 2007 pour tentative de meurtre. Un croyant mais pas un intégriste, selon son avocat de l'époque. Il garde l'image d'un jeune qui voulait sortir de la violence.

Je suis totalement stupéfait! Ça ne cadre pas du tout avec la personne que j'ai connue. L'affaire dans laquelle il a été impliqué était le contraire de la volonté de s'insérer dans un cycle de violence.

Salim Benghalemn se serait-il radicalisé en prison ? Y aurait-il intégré une filière française de recrutement pour l'Irak PUis la Syrie ? Selon un ex-membre du groupe Etat Islamique interrogé à la télé américaine, les Français seraient les plus violents au sein de l'organisation.

Les Français ont beaucoup de pouvoir. Ils sont plus extrémistes que les autres. C'est comme s'ils étaient dans le groupe depuis des années.

Ils seraient 930 Français dans le groupe Etat Islamique. Des hommes et femmes aux parcours parsemés de zones d'ombre.

Monsieur le ministre de l'intérieur, vous connaissiez l'existence de ce djihadiste français, Salim Benghalem, avant que les services du Renseignement américain ne vous saisissent de son cas.

Bernard Cazeneuve : Nos services de renseignement sont mobilisés. Ce que nous faisons au ministère car nous sommes soucieux de la qualité de notre travail. L'important est que les combattants Nous empêchons également des départ pour assurer la sécurité de nos compatriotes.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==