Brésil : JMJ et confessions au Christoteca

a revoir

Présenté parNathanaël de Rincquesen

Diffusé le 29/07/2013Durée : 00h40

Plus de 3 millions de personnes ont assiste à cette dernière messe, à l'image du succès rencontré par le catholicisme au Brésil. Dans ce pays, les curés n'hésitent pas à aller en boîtes de nuit pour porter la bonne parole. Curieux mélange de rythmes électro et de cathéchèse.

Loin de Copacabana, le quartier de Bangu, célèbre pour sa prison et son école de samba. Mais ce soir, les jeunes de ce quartier pauvre ne vont pas préparer le carnaval. Ils vont à la Christoteca, "la discothèque du Christ".

On va danser mais dans un contexte pieux : les jeunes ont besoin de ça.

Drogue, violence, délinquance : dans tous les quartiers du Brésil où ces fléaux sévissent, l'Eglise catholique organise des soirées Christoteca. Cela commence toujours par une bénédiction. En chansons. A Bangu, le père Gomes assure cette mission. Occuper les jeunes du quartier pour les garder sur le droit chemin.

Ils vont vers la drogue, la prostitution. On est là pour occuper le terrain, pour qu'ils ne basculent pas.

Puis l'assemblée se met à prier, vers la scène et ses 3 DJ. Sans DJ, pas de Christoteca. Après un compte à rebours, ouvre ses portes. Ils danseront une grande partie de la nuit sur de Pélectro-catho. Un message simple et répétitif : mener une vie honnête.

C'est un travail d'évangélisation nocturne. Des jeunes qui s'amusent sans boire, sans se droguer, qui se respectent.

La trinité de la Christoteca : ni drogue, ni alcool, ni sexe.

Je viens rendre grâce au Seigneur.

Le père Gomes est aux anges : sa Christoteca fait salle comble.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==