Belgique : ces Français expulsables

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 22/01/2014Durée : 00h38

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Toutes dans le viseur du Fisc.

La Belgique passe à la vitesse supérieure pour expulser les étrangers qui profiteraient trop de l'aide sociale. L'originalité c'est que les Européens et les Français sont ciblés. C'est l'application stricte d'une directive européenne. On est toujours l'immigré de quelqu'un. Près de 200 ressortissants français ont été sommés de quitter le pays.

Chaque matin à Bruxelles, voilà ce que ce Français qui vit en Belgique depuis 4 ans risque bientôt de ne plus pouvoir faire. Depuis quelques mois, l'administration lui a intimé l'ordre de quitter le territoire.

Sur le coup, j'étais suffoqué, je suis Européen, je suis en Belgique, avec ma carte d'identité française, je peux travailler.

La Belgique lui reproche d'avoir perçu 700 E mensuels d'aide sociale pendant sa 1re année en Belgique. Aujourd'hui il est professeur d'université, mais l'avis d'expulsion reste.

"A défaut d'obtempérer, le prénommé s'expose à être amener à la frontière et détenu". Ils me considèrent comme un bandit.

Et ce cas n'est pas isolé. nos compatriotes sont nombreux à devoir quitter la Belgique parce qu'ils représenteraient "une charge déraisonnable" pour le pays. En deux ans, leur nombre a été multiplié par 10. L'an dernier, 180 Français ont ainsi été priés de faire leurs bagages. Comme cette artiste. Qu'importe si après des débuts difficiles, elle enchaîne à présent les contrats.

On a voulu faire croire que j'étais quelqu'un qui ne travaille pas, et profite des subsides belges.

Vouloir expulser des Européens, les médias belges se sont emparés de l'affaire. Car au gouvernement, la responsable du dossier est une ministre à poigne dont la politique de fermeté vis-à-vis des étrangers choque l'opposition.

La Belgique est très heureuse d'accueillir les multiples Français qui paient l'impôt sur les grandes fortunes et qui s'installent ici. Mais quand quelqu'un a un parcours un peu plus chaotique, là on n'en veut pas, c'est l'Europe à deux vitesses.

Jusqu'à présent, aucun Français n'a été raccompagné par la force, mais dans un pays cofondateur de l'Europe et inventeur de la libre circulation, cette affaire choque.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==