Grand oral du bac : les lycéens décrivent une épreuve "stressante" mais des professeurs "bienveillants"

Ce lundi 21 juin, les candidats au baccalauréat ont essuyé les plâtres du Grand Oral. Une nouvelle épreuve, source de stress, et à l'issue, des impressions mitigées chez les élèves de terminale du lycée La Hotoie, à Amiens.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un élève de terminale passe l'épreuve du Grand oral au lycée Jean-Jacques Henner d'Altkirch, en Alsace.  (DAREK SZUSTER / MAXPPP)

Ce lundi 21 juin, les premiers élèves de terminale ont passé le Grand oral au lycée La Hotoie d'Amiens (Somme). Cette nouvelle épreuve du baccalauréat consiste en un exposé de cinq minutes, sur une problématique préparée à l'avance par les candidats. Le jury choisit une des deux questions que chaque candidat a préparées, puis pose des questions à l'élève sur le sujet, avant de l'interroger sur son projet professionnel. 

>> Suivez cette première journée de Grand oral dans notre direct

Vingt minutes d'épreuve, et à la sortie, il y a d'un côté les déçus, à l'image de Jordan. "C'était très stressant", confie -t-il. Le jeune homme cherche encore à comprendre les réactions du jury durant son exposé. "Quand ils lèvent les yeux au ciel, ou font des mouvements avec leurs mains, on se demande ce qu'on a fait de mal, notamment pour mériter des yeux qui se lèvent." Adia, elle, a le sentiment que son examen "ne s'est pas très bien passé. Avec le masque, on a du mal à respirer. Et puis, c'est stressant. Je n'ai pas su répondre comme il fallait aux questions."

Des professeurs indulgents

Mais dans la majorité des cas, le stress du début de journée a vite disparu. Mariana, qui a planché sur sa question de géopolitique, "L'urgence climatique permet-elle une meilleure compréhension entre les pays du monde ou contribue-t-elle au contraire à accentuer les tensions ?", reconnaît que "les professeurs m'ont très vite mise à l'aise".

Derniers instants d'attente pour ces élèves de Terminale avant de passer le Grand Oral, au lycée La Hotoie d'Amiens. (ALEXIS MOREL / RADIO FRANCE)

Elle estime que "si on prépare assez bien le sujet et que l'on a des connaissances", cela se passe bien. Le Grand oral porte "surtout sur le sujet qu'on a fait. Ca ne va pas vraiment en profondeur."  Pas de questions pièges, c'est un peu le mot d'ordre pour cet examen plus ou moins bien préparé cette année 2021, en pleine crise sanitaire.

"On nous a demandé d'être bienveillants, on l'est d'autant plus en cette année un peu spéciale."

Solveig, membre du jury au lycée La Hotoie d'Amiens

à franceinfo

"C'est la première fois qu'ils passent le Grand oral. On sait que c'est difficile pour eux, stressant. Donc le but n'est pas de les mettre mal à l'aise ou de les déstabiliser mais qu'ils puissent donner le meilleur d'eux-mêmes", explique Solveig. Cette professeur d'anglais et membre du jury se dit d'ailleurs "satisfaite", voire "agréablement surprise par les candidats. Beaucoup de problématiques préparées sont très intéressantes. C'est vrai que l'on essuie un peu les plâtres, mais pour l'instant, c'est plutôt positif."

S'il n'y a pas eu de problème majeur dans ce lycée d'Amiens, l'organisation a en revanche été assez complexe ailleurs, pour ce Grand oral inédit. Les syndicats enseignants pointent des dysfonctionnements, notamment en région parisienne, où des professeurs ont été convoqués au tout dernier moment pour faire passer l'épreuve.

Les résultats du bac 2021 seront dévoilés le 6 juillet ici.

Au lycée La Hotoie d'Amiens, le Grand Oral stressant mais des professeurs indulgents - Reportage d'Alexis Morel
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bac 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.