Erreurs dans les sujets, fuites, notes au pifomètre... Des couacs en série pour les épreuves du bac 2019

Le cru 2019 a accumulé les incidents, entre fuites, erreurs d'intitulés et correction de copies perturbées.

Deux bachelières devant le panneau de résultats du bac 2019 de la série STI2D au lycée Grandmont de Tours.
Deux bachelières devant le panneau de résultats du bac 2019 de la série STI2D au lycée Grandmont de Tours. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Un baccalauréat ponctué de couacs. La session 2019, qui s'est déroulée sur fond de tension entre le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, et les enseignants opposés à la réforme du bac, ne décrochera pas les félicitations. Les fausses notes se sont multipliées, entre erreurs d'intitulés dans les épreuves de mathématiques, fuites de sujet, grève perturbant la correction, et, pour finir en beauté, résultats s'affichant en avance sur le site de l'académie de Lille. Récapitulatif.

Une fausse donnée dans un bac techno

Jeudi 20 juin, le bac technologique STI2D (sciences et technologies de l'industrie et du développement durable) a proposé un sujet portant sur le développement durable qui comportait une erreur. "L'exercice concernait le calcul de l'impact environnemental d'un type de véhicule selon la distance parcourue, à l'aide d'une formule donnée", détaille un professeur contacté par franceinfo. Avant d'expliquer : "L'erreur était une donnée fausse placée juste après la première réponse. Pour vérifier ce calcul, les élèves ont regardé cette ligne. Or, la donnée était fausse et ils ne comprenaient pas". Une pétition a été lancée pour dénoncer un sujet "trop compliqué" et la boulette. Le ministère de l'Education nationale a assuré que les candidats ne seront pas pénalisés dans les corrections. 

Des erreurs dans des sujets de mathématiques

Vendredi 21 juin, plusieurs erreurs se sont également glissées dans les sujets des épreuves de mathématiques en séries ES et S. Dans l'épreuve de la série ES, un des énoncés s'est ainsi référé à la mauvaise annexe du sujet. Dans la série ES spécialité mathématiques, un des exercices spécifiques comportait également une erreur d'énoncé. Il demandait aux candidats de donner une "matrice d'adjacence" alors qu'il leur fallait en réalité déterminer une "matrice de transition". Pour l'erreur dans l'épreuve de maths de la série S, il était indiqué au candidat que "les quatre questions de l'exercice sont indépendantes" alors que ce dernier comportait en fait cinq questions.

Une enquête ouverte pour des fuites de sujets de mathématiques

Vendredi 21 juin, le ministère de l'Education nationale a annoncé avoir déposé une plainte pour "des suspicions de fuites" de sujets de mathématiques pour les séries ES et L. Les énoncés ont fuité dans "une zone géographique extrêmement limitée", se concentrant sur "trois à quatre établissements en Ile-de-France dans lesquels quelques élèves, quelques candidats auraient reçu par des réseaux privés (...) les sujets en amont des épreuves", a indiqué Jean-Marc Huart, le numéro deux du ministère. Des candidats auraient ainsi échangé les sujets par la messagerie Whatsapp ou par SMS. 

L'enquête ouverte dans la foulée s'est élargie à "toutes les filières", y compris la filière S. Vendredi, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour "fraudes dans un examen, abus de confiance et recel". Quatre personnes vont être présentées à un juge d'instruction. Il s'agit de deux candidats soupçonnés d'avoir acheté les sujets, d'un homme de 37 ans, surveillant dans un établissement sous contrat et soupçonné d'avoir eu accès aux sujets et de les avoir revendus, ainsi que sa compagne de 37 ans, soupçonnée d'être intervenue dans la remise du sujet aux deux candidats. Ces derniers ont dû verser 1 600 euros, selon les informations de franceinfo.

La correction perturbée par une grève

Cette édition 2019 du baccalauréat a également été perturbée par la grève de certains enseignants correcteurs qui ont décidé, mardi, de retenir des copies du baccalauréat afin de protester contre la réforme du bac. Selon le collectif "Bloquons Blanquer", 121 157 copies ont été retenues dans la matinée de mardi. Les correcteurs grévistes ont demandé au ministre de l'Education de rouvrir les négociations sur les réformes du lycée et du bac, auxquelles ils s'opposent.

Jean-Michel Blanquer a riposté en rappellant que les professeurs s'exposent à "des sanctions très graves" si les copies ne sont pas restituées comme prévu. Mercredi, le ministre a également annoncé que les résultats du contrôle continu feraient office de note au bac si l'une des copies manquait en raison de la grève. Une fois la note de l'épreuve transmise, la meilleure des deux sera conservée. Par conséquent, certains membres de jurys du baccalauréat, notamment en région parisienne et en Isère, ont refusé de délibérer sur les notes de contrôle continu, selon plusieurs témoignages recueillis par franceinfo.

Des professeurs évoquent des "notes inventées"

Par ailleurs, des enseignants non grévistes affirment que certaines notes manquantes ont été "inventées" pour pouvoir annoncer les résultats du bac dans les délais prévus, à savoir vendredi matin. Céline, une professeure de philosophie, affirme ainsi à franceinfo que le cas s'est produit dans un jury où il fallait remplacer les notes manquantes par celles du contrôle continu. Or, il arrive que des notes de contrôle continu manquent dans le livret scolaire, pour des raisons informatiques. Les enseignants du jury en question ont alors "décidé que si l'ensemble des notes de l'élève dans les autres épreuves du baccalauréat tournait autour de 11, eh bien on mettait 11 en philosophie, par exemple. Dans ce cas-là, la note a été complètement inventée."

Des résultats fuitent avant le jour prévu

Surprise pour certains bacheliers ! A l'académie de Lille, les résultats du bac 2019 se sont affichés dès jeudi soir, pendant quinze à vingt minutes. "J'ai vu que je passais au rattrapage, je suis déçue avant l'heure", a confié à franceinfo Léa, 17 ans, candidate au lycée Louis-Pasteur de Lille. Son cousin l'avait prévenue. "Je n'y croyais pas trop au départ, surtout qu'il était écrit 'session juin 2018', raconte la lycéenne. Mais quand j'ai rentré mon numéro d'immatriculation et ma date de naissance, ils m'ont affiché la bonne session et mon résultat. J'étais sur le site de l'académie de Lille." 

Selon elle, la page des résultats était disponible vers 22 heures, pendant une courte période seulement. Ensuite, la page internet n'était plus consultable. Le rectorat de Lille a évoqué un "problème de verrouillage lors d'essais techniques".