Art contemporain : FIAC, 40e édition

a revoir

Présenté parMarie Drucker

Diffusé le 26/10/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

En 40 ans, la FIAC est devenu LE rendez-vous des amateurs d'art contemporain. Elle se tient en ce moment au Grand Palais, à Paris. 3.000 artistes internationaux réunis, et des marchands, des collectionneurs, des curieux.

Le Grand Palais sera durant 5 jours un immense musée d'art contemporain. 180 galeries exposent plus de 5.000 oeuvres, toutes à vendre. Tout le monde de l'art est réuni à Paris. Tout commence quelques jours auparavant. Nous nous rendons chez Emmanuel Perrotin, le galeriste français. Il reçoit la star des stars des plasticiens dans son bureau pour préparer la FIAC : Takashi Murakami, 50 ans. Les oeuvres du Japonais sont parmi les plus chères du monde.

Ça c'est la FIAC, non.

C'est un événement important la FIAC pour vous.

Bien sûr. C'est pour ça que je suis ici. J'ai vu plein de galeries. Cet air frais m'inspire.

Emmanuel Perrotin présente la maquette du stand. Murakami sera à la meilleure place.

J'ai une place tellement mauvaise. C'est une plaisanterie. Rires.

Le Grand Palais est en chantier quelques jours plus tard. Emmanuel Perrotin est venu vérifier la pose du Murakami.

Le Murakami est vraiment à 160 ou 155 ? Les enjeux financiers sont très importants. Ce stand coûte très cher.

Un stand comme celui-ci coûte plus de 50.000 euros pour la semaine. Au mur, le Murakami et son prix : plus de 500.000 euros.

Ces pièces peuvent se mettre en extérieur. C'est un bois imputrescible pour les bateaux, avec 6 couches de vernis.

Voici un des acheteurs réguliers de la galerie Perrotin.

C'est quelqu'un qui a des couilles, qui a une vision. Il a une âme et s'engage quand il y croit.

On estime à 15.000 le nombre de collectionneurs à la FIAC. Le jour du vernissage, ils sont difficiles à repérer. Les affaires se font à l'abri des regards. Voici un éditeur suédois, collectionneur de père en fils.

Combien vaut le Keith Haring.

1,1 million de dollars.

Il a flashé sur un autre tableau.

C'est un tableau extrordinaire, magnifique.

Vous pourriez l'acheter.

Non, madame l'a déja vendu.

Il vaut combien.

150.000 dollars.

Soit 100.000 euros. Ce publicitaire a un budget de 10.000 euros par an. Il se prive de vacances et de grosses voitures, depuis qu'il a attrapé ce virus de la collection.

Cette pièce est encore disponible.

Oui, en édition de 3.

La flambée des prix l'inquiète.

On est un peu décourage, mais il faut redoubler de curiosité, aller chercher toujours plus loin les jeunes artistes.

A la FIAC, aucun chiffre d'affaires n'est communiqué. Cette année, il se dit que les galeries ont bien vendu. L'art contemporain ne connaît pas la crise. Dehors, un artiste solitaire joue sa performance, etjuge que le monde de l'art est vendu aux marches financiers.

Elle aussi a 40 ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==