Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Naissance rare de trois lions d'Asie au zoo de Besançon

Publié Mis à jour
Article rédigé par
France Télévisions

Les trois félins ont vu le jour le 30 décembre dernier et représentent un espoir pour cette espèce en voie d'extinction.

Ils ont vu le jour le 30 décembre dernier, mais c'est mercredi 26 février que le jardin zoologique du Muséum d'histoire naturelle de Besançon a communiqué leur faire-part de naissance. Trois bébés lions d'Asie, une espèce rare classée en danger sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature, sont nés d'une même portée dans ce zoo du Doubs, comme l'explique France 3 Franche-Comté.

"Ces naissances sont un espoir pour la pérennité de cette espèce menacée : aujourd'hui, sur les 56 établissements zoologiques qui hébergent des lions d'Asie dans le monde, seuls huit d'entre eux enregistrent des naissances", explique la vétérinaire du zoo, Mélanie Berthet.

Il reste moins de 500 lions d'Asie dans le monde

Leur père Téjas, né au zoo de Bristol (Royaume-Uni), âgé de cinq ans, est arrivé en 2008 à Besançon à l'âge de 4 mois et demi et leur mère, Shiva, âgée de huit ans, est née à Besançon. Ils forment un couple depuis avril 2013. "Nous avons isolé la mère du père, dix jours avant la mise bas. Elle élève avec brio ses petits. Quant au père, il est en contact visuel avec eux et peut les sentir à travers une grille et semble bien les accepter", explique la vétérinaire. "Nous ferons une mise en contact avec lui d'ici un mois, après l'avoir bien nourri pour qu'il ne les considère pas comme des proies."

Le Muséum d'histoire naturelle de Besançon est un des rares établissements labellisés "Musée de France" à posséder des collections vivantes. Il participe au programme européen d'élevage de lions d'Asie depuis 2000. Selon lui, il reste à peine 350 lions d'Asie dans la nature, dans la forêt de Gir en Inde, et moins de 100 individus en Europe dans des zoos, contre 100 000 lions d'Afrique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.