"Rendez-nous Gribouille !" : un homme porte plainte contre la SPA pour avoir fait adopter et castrer son chien disparu

Le propriétaire initial avait perdu son chien en juin dernier.

Pascal Salasc est certain d\'avoir reconnu son chien Gribouille dans une annonce d\'adoption sur internet.
Pascal Salasc est certain d'avoir reconnu son chien Gribouille dans une annonce d'adoption sur internet. (Pascal Salasc)

En Dordogne, un homme porte plainte contre la SPA de Bergerac qu'il accuse d'avoir fait adopter son chien disparu en juin dernier, a appris France Bleu Périgord. Le refuge refuse de revenir sur sa décision. L'homme, qui estime que l'adoption n'a pas été faite légalement, est prêt à pratiquer des tests ADN grâce aux poils de Gribouille qu'il a conservés chez lui. Le tribunal de Bergerac tranchera le litige le 8 octobre prochain.

Gribouille proposé à l'adoption à la SPA après s'être enfui

Tout commence en juin dernier à Villefranche-de-Lonchat quand Gribouille, un border collie de 5 ans, s'enfuit du jardin de son maître, Pascal Salasc. Dans la foulée, un chien de la même race est transféré à la SPA de Bergerac. Quelques semaines plus tard, raconte France Bleu, Pascal Salasc reconnaît son chien proposé à l'adoption sur le site de la SPA.

Mais en déboulant au refuge, Pascal Salasc apprend que le border collie a été adopté par une famille depuis une dizaine de jours. D'après France Bleu Périgord, aucune puce d'identification n'a été détectée sur ce chien. Il a même été rebaptisé. Il ne s'appelle désormais plus Gribouille, mais Bandy. Pire, il a été castré. Pascal Salasc montre des photos de Gribouille, il se dit même prêt à faire un test ADN avec les poils de son chien qu'il a récupérés sur une brosse, mais malgré cela la SPA maintient qu'elle ne peut pas revenir sur l'adoption.

Pascal Salasc entend motiver sa plainte en avançant plusieurs éléments. Selon lui, la SPA de Bergerac n'a pas respecté les délais de fourrière, à savoir la période pendant laquelle l'animal n'est pas adoptable. Ce délai est de 8 jours ouvrables et complets. Le compte n'est pas bon d'après le maître de Gribouille. Un élément réfuté par la SPA de Bergerac. Par ailleurs, la castration du border collie n'est pas légale selon Pascal Salasc puisqu'elle a été pratiquée avant l'adoption.

Une manifestation et une pétition

En attendant l'audience du tribunal, Pascal Salasc ne compte pas baisser les bras. Il a même organisé une manifestation le 7 septembre prochain, devant la SPA de Bergerac. Une pétition en ligne intitulée "Rendez-nous Gribouille" a également été lancée pour soutenir le maître.