Pays-Bas : une femelle rhinocéros meurt noyée dans un zoo après un essai d'accouplement raté

La femelle, nommée Elena, a été poursuivie pendant 15 minutes par le mâle Limpopo et a fini par glisser dans une mare. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un rhinocéros blanc au zoo Safari Park à Bogor (Indonésie), le 29 août 2021. (ADRIANA ADIE / NURPHOTO / AFP)

Drame au zoo. Une femelle rhinocéros est morte noyée dans le zoo Wildlands situé à Emmen (nord-est des Pays-Bas) après s'être enfuie lors d'un essai malheureux d'accouplement, a annoncé vendredi 17 septembre le parc animalier. La femelle, nommée Elena, a été "surprise" par l'arrivée d'un rhinocéros blanc mâle du nom de Limpopo et s'est enfuie. La course-poursuite a duré "quelques minutes" et "Elena s'est dirigée vers une mare peu profonde et a glissé, probablement à cause de sa fatigue. Elle s'est retrouvée sur le côté dans l'eau et n'a pas pu se lever", a déclaré le zoo dans un message publié sur Facebook.

Les gardiens du zoo ont pu alors éloigner le mâle mais "malheureusement, notre aide est arrivée trop tard pour Elena et elle avait déjà coulé", a expliqué le zoo. Limpopo, âgé de 19 ans, était arrivé dans le parc début septembre en provenance d'un autre zoo néerlandais où il avait engendré trois petits dans le cadre d'un programme européen de reproduction. Son entrée dans l'enclos d'Elena et de l'autre femelle, Zahra, s'est déroulée jeudi. Organiser des rencontres entre mâles et femelles rhinocéros "demande souvent une intervention, mais, jusqu'à présent, cela n'avait pas eu d'issue fatale", a assuré le zoo.

La mort d'Elena "a beaucoup touché" le personnel du zoo et son impact sur le programme de reproduction n'est pas encore clair. Le rhinocéros blanc du Sud, l'une des deux sous-espèces de rhinocéros blanc, est considéré comme quasi-menacé par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), avec 10 080 animaux actuellement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Animaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.