Les chèvres marocaines, reines de l'escalade

Les chèvres du sud-ouest du Maroc sont célèbres auprès des touristes pour leur capacité à grimper aux arbres, mais pour les habitants et l'écosystème elles jouent surtout un rôle précieux.  

Voir la vidéo

Le plus souvent, les chèvres domestiques peuvent trouver leur nourriture au sol. Mais dans le sud-ouest du Maroc, le climat est trop aride pour qu'elles puissent trouver à manger à terre : en moyenne, il y a seulement 300 mm de précipitations annuelles. Mais elles raffolent pourtant des affiaches, le fruit de l'arganier, un arbre endémique de la région. Pour l'obtenir,  elles n'hésitent pas à grimper à l'arbre, montant parfois jusqu'à 8 m de hauteur. Cette habitude leur donne un rôle essentiel dans l'écosystème de la région : le noyau du fruit étant trop gros pour l'avaler, elles le recrachent au sol, permettant ainsi la dispersion de graines.

Un rôle précieux

L'arganier est crucial pour l'économie locale : il permet de produire l'huile d'argan. Il est donc une source de revenus pour 2 millions de personnes, et a été ajouté en 1999 au patrimoine mondial de l'UNESCO. Les chèvres jouent donc un rôle tellement essentiel auprès des habitants, que les éleveurs aident les plus jeunes à apprendre à grimper aux arbres en taillant les branches.

Les chêvres du maroc
Les chêvres du maroc (BRUT)