La sixième extinction, en marche accélérée

La sixième extinction a commencé et elle serait aussi massive que celle qui a vu la fin des dinosaures. La faune et la flore disparaissent à une vitesse accélérée.

France 2
La sixième extinction est en marche et elle serait aussi massive que celle qui a vu la fin des dinosaures. La faune et la flore disparaissent à une vitesse accélérée, à l'image des grands singes, selon l'union internationale pour la conservation de la nature. Exemple : quel est le point commun entre le dodo de l'île de Maurice, le quagga d'Afrique du Sud, le tigre de Tasmanie et la grenouille plate du Queensland ? Toutes ces espèces ont disparu, éradiquées l'une après l'autre par l'Homme, pour leur viande, leur peau ou parce qu'elles ont vu leur environnement naturel disparaître.
 
Marque de l'Homme
 
"Des exemples comme ceci, il y en a des centaines et actuellement les meilleurs spécialistes estiment que le rythme d'extinction des espèces est 100 fois plus rapide au moins que le rythme naturel, c'est-à-dire le rythme s'il n'y avait pas l'intervention de l'Homme", explique Nicolas Chateauneuf, en direct sur le plateau de France 2. Et depuis la révolution industrielle, ce rythme explose, c'est la marque de l'Homme. "Aujourd'hui, résultat : un quart des espèces est menacé d'extinction", souligne le journaliste.
Le JT
Les autres sujets du JT