VIDEO. En République tchèque, un zoo décide de couper la corne d'un rhinocéros

L'opération a été réalisée sous anesthésie. Elle est sans danger pour l'animal, selon le directeur des projets internationaux, qui compare la corne à des ongles ou des cheveux. Le but est d'éviter le braconnage après la mort d'un rhinocéros à Thoiry.

REUTERS / FRANCEINFO

Il a fallu une tronçonneuse pour la couper. Le jardin zoologique tchèque de Dvur-Kralove-nad-Labem a raccourci la corne de l'un de ses rhinocéros. Une réaction à la mort d'un animal au zoo français de Thoiry, près de Paris. Le 6 mars, Vince, rhinocéros blanc, a été abattu de trois balles dans la tête, puis sa corne a été sciée et volée. Les enquêteurs soupçonnent un acte de trafic organisé.

Réduite en poudre, la corne de ces herbivores imposants décimés par les braconniers, est utilisée en médecine traditionnelle asiatique, comme un aphrodisiaque, notamment au Vietnam et en Chine. Elle peut se vendre jusqu'à 60 000 dollars (55 522 euros) le kilo sur le marché noir, soit près de deux fois le prix de l'or.

"Pas d'impact sur la vie de l'animal"

"L'attaque [en France] nous a mis en état d'alerte. Le danger est vraiment intense", a déclaré à l'AFP Andrea Jirousova, la porte-parole du parc animalier tchèque qui héberge 21 rhinocéros, dont trois bébés qui ne subiront pas cette intervention. "La raison en est la sécurité des rhinocéros", ajoute-t-elle. Le zoo de Dvur-Kralove-nad-Labem se joint ainsi au parc de Pairi Daiza en Belgique, qui a pris la même décision.

L'opération a été réalisée sous anesthésie. "Il n'y a pas de peau à l'intérieur. C'est juste une matière compacte, semblable aux ongles ou aux cheveux. Donc couper la corne, c'est comme couper des cheveux ou des ongles. Cela n'a pas d'impact sur la vie de l'animal", explique à Reuters Jan Stejskal, directeur des projets internationaux.

53 kg de cornes de rhinocéros incinérées en 2014

Le zoo de Dvur-Kralove-nad-Labem est le seul dans le monde qui ait réussi la reproduction en captivité du rarissime rhinocéros blanc du nord ("Ceratotherium simum cottoni"), sous-espèce en voie d'extinction. Les trois derniers spécimens de cette sous-espèce, un mâle et deux femelles, vivent aujourd'hui dans la réserve kényane d'Ol Pejeta, où ils ont été transférés de Dvur-Kralove-nad-Labem en 2009. Avant ce transfert, les cornes des animaux avaient été également coupées, à titre préventif.

En 2014, cet établissement tchèque a incinéré en public quelque 53 kilos de cornes de rhinocéros provenant de stocks légaux et de contrebande. Le zoo expliquait alors qu'il s'agissait d'un acte symbolique s'inscrivant dans le cadre des efforts pour sauvegarder cet animal menacé d'extinction.

Un employé d\'un zoo de Dvur Kralove (République tchèque) coupe la corne d\'un rhinocéros, le 20 mars 2017.
Un employé d'un zoo de Dvur Kralove (République tchèque) coupe la corne d'un rhinocéros, le 20 mars 2017. (REUTERS)