Trafic d'animaux sur les sites de l'Unesco

Ce mardi 18 avril, la fondation WWF dénonce le fait que les patrimoines naturels classés au patrimoine de l'UNESCO ne sont pas assez protégés. La moitié des sites serait le théâtre de braconnage ou de trafic de bois.

France 3

147 sites sont classés au patrimoine naturel de l'UNESCO. Mais le label ne protège pas la nature de l'homme. Selon un rapport de WWF, 45% de ces territoires classés sont menacés. Les braconniers continuent d'y chasser. "Les États préfèrent ne pas agir, laisser ces économies mafieuses prospérer, plutôt que de prendre les décisions qui s'imposent", explique Pascal Canfin, directeur général de WWF France.

Un commerce illégal lucratif

Répartis partout dans le monde, les sites naturels Unesco sont les derniers refuges d'espèces en danger. Mais rien n'arrête les braconniers. Le trafic d'animaux est le quatrième commerce illégal le plus lucratif, et tant qu'il y aura un marché, UNESCO ou pas, la nature paiera la facture.

Le JT
Les autres sujets du JT
Eléphant du parc national de Tsavo east, au Kenya, le 16 mars 2016.
Eléphant du parc national de Tsavo east, au Kenya, le 16 mars 2016. (TONY KARUMBA / AFP)