Nouvelle-Calédonie : observer la mangrove pour comprendre les changements climatiques

En Nouvelle-Calédonie, la mangrove d'Ouvéa est un puits d'information sur le réchauffement climatique. Les scientifiques y étudient la montée des eaux.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Avec ses plages de 25 km de long, l'île d'Ouvéa (Nouvelle-Calédonie) abrite l'une des mangroves les plus préservées au monde. Depuis trois ans, une dizaine de scientifiques étudient cet écosystème face à la menace de la montée des eaux. Toutes les heures, les spécialistes mesurent la croissance des troncs des arbres pour voir comment ils réagissent aux variations des températures et du niveau de l'eau. La mangrove est un écosystème fragile.

Un tiers des mangroves détruit en vingt ans

"Du fait de la hausse des océans, les mangroves vont devoir reculer vers les terres, (...) mais si les mangroves sont confrontées à des zones urbaines, alors elles ne pourront pas reculer et disparaîtront", explique un professeur en sciences de la terre et de l'environnement en Nouvelle-Calédonie. Dès leur plus jeune âge, les Calédoniens sont initiés à la protection de leur environnement en classe. En vingt ans, plus d'un tiers des mangroves dans le monde ont été détruites. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Mangrove sur l\'île Europe, des îles Eparses  
Mangrove sur l'île Europe, des îles Eparses   (SOPHIE LAUTIER / AFP)