Mayenne : une nouvelle jument mutilée, avec une plaie de 40 centimètres sur le flanc droit

L'éleveur du Nord-Mayenne a retrouvé samedi sa jument blessée, rapporte France Bleu Mayenne. Ces derniers mois, une vingtaine d'équidés ont été sauvagement mutilés et parfois tués, un peu partout en France.

Article rédigé par
Avec France Bleu Mayenne - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La jument qui porte un poulain a été blessée sur le flanc (photo d'illustration). (CHRISTIAN WATIER / MAXPPP)

Un éleveur de Colombiers-du-Plessis en Mayenne a trouvé l'une de ses juments mutilée d'une plaie de 40 centimètres sur le flanc droit samedi dernier, rapporte mardi 25 août France Bleu Mayenne. Il s'agit d'un nouveau cas d'équidé attaqué, après de nombreuses autres mutilations signalées ces dernières semaines.

>> De plus en plus de chevaux sont mutilés ou tués : ce que l'on sait de ces attaques

Une vingtaine de juments, étalons, poneys et ânes ont été sauvagement mutilés ces derniers mois, un peu partout en France. Plusieurs attaques du même genre ont eu lieu depuis le mois de février en France. Les deux derniers cas en date, lundi 24 août, ont été recensés en Eure-et-Loir et dans les Deux-Sèvres.

Une attaque incompréhensible pour l'éleveur

Samedi 22 août, l'éleveur du Nord-Mayenne a trouvé l'une de ses six poulinières mutilée, vers 17 heures. "J'ai découvert une de mes juments avec une plaie très importante au niveau du flanc droit, explique Serge Guérinel, éleveur de trotteurs. J'ai pensé à un incident avec la clôture, et j'ai aussi repensé à tout ce qui se passe actuellement en France. Je me suis dit que moi aussi, j'avais pu être victime de ces gens qui commettent des actes de cruauté envers les chevaux."

Le vétérinaire de Javron-les-Chapelles (Mayenne), qui a pris en charge la jument, pense lui aussi à cette option. "Il m'a dit : 'C'est un objet contondant qui l'a blessée, il y a quelqu'un de l'extérieur qui lui a provoqué cette blessure. Elle ne s'est pas blessée toute seule'", rapporte Serge Guérinel. 

Je ne comprends pas la motivation de ceux qui peuvent faire ça. Est-ce-qu'ils visent quelqu'un ? Je ne sais pas, parce qu'il y en a partout.

Serge Guérinel, éleveur de trotteurs

à France Bleu Mayenne

De plus, cette jument qui s'appelle "Victime de Cym" porte un poulain. Ce 25 août, en milieu d'après-midi, elle est toujours à la clinique vétérinaire. L'éleveur du Nord-Mayenne ne sait pas encore si la jument et son poulain vont s'en sortir. Il a porté plainte dimanche auprès de la gendarmerie. Une enquête est en cours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.