VIDEO. L214 dénonce les conditions d’élevage des truites en France

Des images tournées en caméra cachée révèlent des bassins surpeuplés de truites.

Voir la vidéo
BRUT

L'association L214 a révélé une nouvelle enquête, ce vendredi 30 novembre, dans laquelle elle démontre les conditions d'élevage des truites en France. Dans son viseur : l'entreprise Aqualande, basée en Aquitaine et leader du marché dans l'Hexagone qui commercialise ces poissons sous les marques Ovive, Landvika ou Labeyrie. Dans son enquête, tournée en caméra cachée, l'association divulgue les images d'un abattoir et d'une dizaine de fermes piscicoles dans lesquelles sont amassées des centaines de truites. Une surdensité qui augmenterait le risque de blessures, de stress, et le développement de nombreuses maladies. Cette surpopulation entraînerait également une mauvaise qualité de l'eau et un manque d'oxygène, rendant la respiration des poissons difficile.

La truite, deuxième animal élevé en Europe

Selon L214, l'entreprise a mis au point une méthode de modification hormonale génétique pour n'avoir que des femelles stériles dans les élevages. Celles-ci grossissent, en effet, plus vite que les autres. Une version fortement remise en cause par l'entreprise qui a annoncé dans un communiqué sa volonté de porter plainte contre L214. Une fois arrivées à maturité, les truites sont transportées vers l'abattoir où elles sont asphyxiées dans un bain de C02 avant d'être saignées. Une technique qui serait inefficace pour préserver les poissons de la douleur. En Europe, les poissons sont souvent exclus des lois contre la souffrance animale. Pourtant, de récentes études attestent qu'ils sont en mesure de ressentir certaines sensations, dont la douleur. La truite est le deuxième animal élevé en Europe, derrière le poulet de chair et devant le saumon.

VIDEO. L214 dénonce les conditions d’élevage des truites en France
VIDEO. L214 dénonce les conditions d’élevage des truites en France (BRUT)