L'activité d'un abattoir bio suspendue après la diffusion d'une vidéo de L214 épinglant ses pratiques

L'association L214 a porté plainte auprès du procureur de Châteauroux pour "maltraitance et actes de cruauté" envers des vaches et des chevreaux.

Vue sur une partie de l\'abattoir du Boischaut, dans l\'Indre, en 2013.
Vue sur une partie de l'abattoir du Boischaut, dans l'Indre, en 2013. (CAPTURE ECRAN GOOGLE STREET VIEW / FRANCEINFO)

Le préfet de l'Indre Seymour Morsy annonce, samedi 3 novembre, avoir suspendu temporairement l'activité de l'abattoir du Boischaut, "à la demande du ministre" de l'Agriculture Didier Guillaume, après la diffusion d'images tournées dans l'abattoir et diffusées vendredi par l'association L214. Le préfet dénonce une "maltraitance des animaux inacceptable".

Dans un communiqué, "face à des actes inexcusables", Didier Guillaume annonce samedi l'ouverture d'une enquête administrative par la Brigade nationale d'enquête vétérinaire. Le ministre prendra des décisions "sur la base des conclusions" de l'enquête. Didier Guillaume rappelle que le gouvernement "a récemment renforcé le plan gouvernemental en faveur du bien-être animal". Cette loi du 30 octobre 2018, promulguée le 2 novembre, créé "un nouveau délit de maltraitance en abattoir" et "accentue les sanctions" contre "tout professionnel qui ne respecterait pas ses obligations vis-à-vis de la protection animale".

Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation rappelle que "c'est bien aux responsables des établissements d’abattage qu’il revient de prévenir tout acte de maltraitance animale dans leurs entreprises". Didier Guillaume rappelle que la lutte contre la maltraitance animale "reste plus que jamais un sujet prioritaire du gouvernement".

L'association L214 a porté plainte auprès du procureur de Châteauroux pour "maltraitance et actes de cruauté" envers des vaches et des chevreaux. Par la voix de Sébastien Arsac, directeur des enquêtes de l'association, elle a demandé, samedi matin sur franceinfo, "la fermeture immédiate" de l'abattoir du Boischaut, situé à Lacs dans l'Indre, en dénonçant les "pratiques cruelles" de l'établissement public, pourtant "à taille humaine" et certifié bio, dans une nouvelle vidéo diffusée vendredi.

Le directeur de l'abattoir en arrêt maladie

"Nous sommes en pleine restructuration au niveau de la direction comme des méthodes, mais nous avons un grand travail à faire, notamment sur la formation des abatteurs", a pour sa part reconnu sur France Bleu Berry François Daugeron, le président de la communauté de communes Pays de La Châtre Sainte-Sévère, qui gère l'abattoir de Boischaut. 

Le directeur de l'abattoir "est en arrêt maladie depuis un mois", a par ailleurs précisé à France Bleu Berry François Daugeron.