Maltraitance animale : une enquête judiciaire ouverte sur le cas de l'éléphante Dumba

L'éléphante avait quitté la France pour l'Espagne en 2018 après une première plainte pour mauvais traitement.  L'association One Voice l'a retrouvée le 1er janvier dernier près d'une décharge, à Euzet, à l'est d'Alès.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran de la vidéo sur l'éléphante Dumba filmée par One Voice et diffusée sur Twitter. (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

Une enquête judiciaire est ouverte sur des suspicions de maltraitance envers l'éléphante Dumba, a indiqué sur Twitter Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique mardi 19 janvier au soir. "J'ai demandé aux services du ministère d'y apporter leur concours pour que les faits soient établis au plus vite. La protection des animaux sauvages en captivité est pour moi une priorité", écrit Barbara Pompili.

L'éléphante Dumba a été localisée par une bénévole de One Voice le 1er janvier dernier près d'une décharge, à Euzet, à l'est d'Alès, a indiqué l'association dans un tweet le 18 janvier. Enfermée dans la remorque d'un camion, elle ne disposait que de quelques mètres carrés pour se mouvoir, indique l'association qui signale aussi une blessure à la tête. One Voice a annoncé porter plainte pour mauvais traitements et défaut de soins par un professionnel.

L'éléphante nommée Dumba avait quitté la France pour l'Espagne en 2018 après une première plainte pour mauvais traitement. Une nouvelle plainte avait ensuite obligé le pachyderme et son dresseur à quitter la Catalogne pour revenir en France.

"Les éléphants vivent en groupe, communiquent continuellement. Dumba est seule dans son agonie. Quel pays évolué autorise encore cette abyssale maltraitance ? J’aime les éléphants, j’aime mon pays, et j’ai honte", déclaré Muriel Arnal, présidente-fondatrice de One Voice à France 3. L'association a lancé une pétition sur son site Internet, intitulée "Pour Dumba, itinérants ou fixes : stop aux cirques avec animaux !"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.