Loire : une enquête ouverte après un nouveau cas de cheval mutilé

C'est la tête de l'animal qui a été atteinte : une oreille tranchée, un œil arraché, les naseaux lacéré. Le crin aussi est abîmé. Les propriétaires ont porté plainte.

Article rédigé par
Avec France Bleu Saint-Etienne et France Bleu Armorique - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Sainte-Colombe-sur-Gand (Loire). (GOOGLE MAPS / FRANCEINFO)

Le parquet de Roanne a ouvert une enquête après la mutilation d'un cadavre de cheval à Sainte-Colombe-sur-Gand (Loire), rapporte France Bleu Saint-Étienne Loire, confirmant une information de l'AFP. Une douzaine de mutilations de ce type ont déjà été répertoriées en France depuis le mois de février.

Dans cette affaire, le cheval était mort naturellement depuis quelques jours, son cadavre était entreposé sous une bâche dans un pré, en attendant l’équarrissage. Ce lundi, les propriétaires du cheval ont découvert que le cadavre avait été mutilé. C'est la tête de l'animal qui a été atteinte : une oreille tranchée, un œil arraché, les naseaux lacéré, le crin aussi est abîmé. Pour eux, il n'y a pas de doute, ce n'est pas l'œuvre d'un charognard mais un acte d'origine humaine. Les propriétaires ont porté plainte auprès de la gendarmerie. Le parquet de Roanne envisage un acte "d'opportunité", mais se demande comment l'auteur ou les auteurs des faits étaient au courant de la présence de la bête.

Pas de lien établi avec les autres chevaux mutilés

Cette enquête rappelle une série de faits similaires : une douzaine de chevaux ont récemment été tués et mutilés dans divers départements comme le Jura, la Somme et le Puy-de-Dôme où des procédures judiciaires sont en cours. Les enquêteurs se refusent toutefois, pour le moment, à tout rapprochement entre l'affaire de Sainte-Colombe-sur-Gand et les autres affaires car ils ne s'estiment pas "capables de savoir si ces mutilations sont liées" explique-t-on au parquet de Roanne. Dans ce dernier cas, le cheval n'a été mutilé qu'après sa mort.

Autre fait troublant, à l'autre bout de la France, un cheval a été découvert égorgé, mardi 18 août, dans un champ situé à Plouzélambre dans les Côtes-d'Armor, rapporte France Bleu Armorique. Une enquête de gendarmerie a, là aussi, été ouverte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.