Cet article date de plus d'un an.

Le préfet du Loir-et-Cher ordonne le placement des ours Bony et Glacha

Les deux ours, atteints d'infections graves, sont provisoirement placés dans un établissement de soins spécialisés, sur ordre de la préfecture. Un placement qui fait suite à la mort de Mischa, qui appartenait au même dresseur.

Article rédigé par
Avec France Bleu Orléans - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'ours Mischa, mort le 12 novembre, avait été placé au zoo-refuge La Tanière (Eure-et-Loir). (QUENTIN REIX / MAXPPP)

Le préfet du Loir-et-Cher a ordonné le placement des ours Bony et Glacha dans un établissement spécialisé "où ils pourront recevoir les soins appropriés", a appris franceinfo, lundi 25 novembre, dans un communiqué de la préfecture du Loir-et-Cher. Ces ours appartiennent à un dresseur basé à Chauvigny-du-Perche, le même propriétaire que Micha, et présentent des "infections graves".

L'ours Glacha atteint d'une tumeur

Au lendemain du décès de l'ours Mischa, survenu le 12 novembre dernier, le préfet du Loir et Cher avait "réquisitionné deux vétérinaires, indépendants et experts en faune sauvage captive, afin de réaliser des bilans de santé complets des ours Bony et Glacha". Les résultats de ces analyses, transmis le 20 novembre, montrent des infections graves. "Les infections dentaires dont souffrent les deux ours ainsi que la tumeur dont est atteinte Glacha nécessitent une prise en charge médicale adaptée sans délai", indique le communiqué de la préfecture.

Un placement provisoire

Le préfet du Loir-et-Cher ordonne donc "par arrêté notifié aux propriétaires, le placement des ours Bony et Glacha dans un établissement spécialisé au sein duquel ils pourront recevoir les soins appropriés." Ce placement pourra être levé si un certain nombre de conditions assurant la bonne santé des animaux sont réunies.

Cette décision vise Alexandre Poliakov, dresseur d'ours basé à Chauvigny-du-Perche (Loir-et-Cher). Ce dernier était le propriétaire de l'ours Mischa, décédé le 12 novembre dernier alors qu'il avait été placé au zoo-refuge La Tanière, près de Chartres. L'ours est mort "des suites d'une anesthésie rendue obligatoire pour procéder à des examens qu'imposait un état général dégradé".

Pour l'association de protection des animaux One Voice, cette décision de la préfecture du Loir-et-Cher, est "un soulagement", trois jours avant une audience prévue au tribunal administratif d'Orléans. Mais l'association regrette qu'il ne s'agisse pas d'un placement définitif dans un établissement de soins.

Pour l'ONG One Voice, contactée par France Bleu Orléans, "les autorités ont choisi de faire le minimum". L'association estime que le préfet a été défaillant dans la protection des animaux. Elle annonce qu'elle vient de déposer un nouveau recours contre le préfet pour faute, et demande 50 000 euros de dommages et intérêts.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.