Cet article date de plus d'un an.

Côtes-d'Armor : l'association L214 cible deux nouveaux élevages et dépose plainte pour maltraitance

Par ces dépôts de plainte, l'association animaliste entend inciter les candidats à l'élection présidentielle à se positionner contre l'élevage intensif.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Les images ont été tournées dans un élevage de cochons de Saint-Glen, dans les Côtes d'Armor. (ASSOCIATION L214)

L'association animaliste L214 a annoncé porter plainte auprès du procureur du tribunal judiciaire de Saint-Brieuc pour maltraitance, après la diffusion de deux vidéos tournées dans deux élevages des Côtes-d'Armor, l'un de porcs et l'autre de lapins, rapporte vendredi 25 février France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel.

La première vidéo montre des "porcelets frappés contre un mur", d'autres "agonisants" ou encore "des truies dans des cages". Les images ont été tournées dans un élevage de cochons de Saint-Glen, dans les Côtes-d'Armor.

L'association dénonce également la responsibilité des "élevages intensifs" dans la prolifération des algues vertes dans la région, comme l'explique un communiqué : "l'élevage, adhérent à la Cooperl, est proche d'un affluent du Gouessant qui coule dans la baie de Saint-Brieuc où se trouve la plage de Granville, fermée à cause de la dangerosité des algues depuis plus de sept mois".

La seconde vidéo, qui appelle dès les premières secondes les candidats à se positionner sur la souffrance animale, épingle cette fois-ci un élevage de lapins situé à Langoat, "l'un des plus gros élevages de France", selon L214. On y voit des "lapereaux vivants à la poubelle", des "nouveaux-nés à l'agonie".

Ces deux nouvelles vidéos font partie d'une série d'enquêtes publiées avant l'ouverture du Salon de l'agriculture, pour inciter les candidats à l'élection présidentielle à se positionner contre l'élevage intensif.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bien-être animal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.