VRAI OU FAKE Cette photo de chiens euthanasiés vous a choqués (mais elle choque depuis 38 ans)

C'est un cliché qui ressort régulièrement au moment des départs en vacances d'été. Il a été publié dans "Paris Match" en juillet 1980 pour sensibiliser le public aux abandons d'animaux.

Plus de 12 000 partages en quelques heures. Une photo publiée sur Twitter, samedi 28 juillet, a provoqué la colère des internautes. On y voit 140 cadavres de chiens allongés sur l'asphalte du circuit de Magny-Cours (Nièvre). Il est précisé que le cliché représente tous les chiens "abandonnés en seulement deux jours" et "que la SPA a dû euthanasier". "Honte", "triste réalité", peut-on notamment lire parmi les commentaires.

Sauf que la photo ne date pas d'aujourd'hui. Elle a en réalité été prise en juillet 1980 par le photographe Manuel Litran et publiée dans les colonnes de Paris-Match. Depuis cette époque, la SPA a voté la modification de ses statuts, et notamment l’interdiction de tout recours à l’euthanasie qui ne serait pas justifiée par des raisons médicales. 

L’image est saisissante, c'est la photo de la honte. Parce que tout est vrai, pas de montage numérique : les cadavres de chiens recouvrent l’asphalte. La scène est révoltante parce qu’elle se reproduit chaque été. Pour partir en vacances, on « oublie » trop souvent son chien ou son chat. En juillet #1980, notre photographe Manuel Litran, pour visualiser ce crime ordinaire, a fait déposer sur un circuit les 140 chiens abondonnés en seulement deux jours que la SPA a dû euthanasier. Depuis cette époque la Société Protectrice des Animaux (SPA) a voté la modification de ses statuts, et notamment l’interdiction de tout recours à l’euthanasie au sein de la #SPA qui ne serait pas justifiée par des raisons médicales. Mais le problème des abandons avant les vacances persiste... Photo: Manuel Litran / Paris Match #dog #sad #animal #abandon #spa #horreur #honte

Une publication partagée par Paris Match (@parismatch_magazine) le

La photo ressort pratiquement chaque année, l'été, période où beaucoup d'animaux sont abandonnés par leurs maîtres. Cet acte est passible de deux ans de prison et de 30 000 euros d'amende.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Comment les médias peuvent-ils améliorer la société ?" avec Make.org, Reporters d’Espoirs et plusieurs autres médias. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.